Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 07:00

Tout l'été, le blog a publié deux séries de conférences sur la famille, proposée par le diocèse de Paris. Les célibataires qui choisissent la vocation au mariage gagnent à se rendre aux conférences dédiées au couple chrétien, pour apprendre des notions qui leur échappent (amour conjugal, chasteté, le don, la gratuité du don, la récirprocité du don) ou fortifier ce qu'ils savent déjà.

A cette conférence, il y a un document préparatoire qui est une excellente opportunité pour travailler sur la vocation au mariage. Tous les éléments dans la version pdf aident à une meilleure compréhension du mariage chrétien. Bonne lecture!


Être époux, être épouse :

fonder la relation et la vivre à tous les âges de la vie  (questionnaire préparatoire)

Module diocésain de formation, saint Jean-Baptiste de la Salle, 27 novembre 2010
par le Père Jacques de Longeaux
Texte intégral
Document préparatoire en pdf (lecture recommandée)
Source : http://www.paris.catholique.fr

 

Le véritable amour conjugal

Concile Vatican II, Constitution pastorale Gaudium et Spes 49,1
« A plusieurs reprises, les fiancés et les époux sont invités par la Parole de Dieu à entretenir et à soutenir les fiançailles par un amour (amor) chaste, et l’union conjugale par un amour (dilectio) sans faille [1]. Un grand nombre d’hommes de notre temps exaltent aussi le véritable amour (amor) entre mari et femme, qui se manifeste de différentes manières, selon les saines coutumes des peuples et des temps. Cet amour, éminemment humain puisqu’il se porte d’une personne vers une autre personne en vertu d’un sentiment volontaire, embrasse le bien de la personne tout entière ; il peut donc enrichir d’une dignité particulière les expressions du corps et de l’âme et les ennoblir comme les éléments et les signes spécifiques de l’amitié (amiticia) conjugale. Cet amour (amor), le Seigneur, par un don spécial de sa grâce et de sa charité, a daigné le guérir, le parfaire et l’élever. Un tel amour (amor), associant l’humain et le divin, conduit les époux à un don libre et mutuel d’eux-mêmes qui se prouve par des sentiments et des actes de tendresse et il pénètre toute leur vie [2] ; bien plus, il se parfait et grandit par son généreux exercice. Il dépasse donc de loin l’inclination simplement érotique qui, cultivée pour elle-même, s’évanouit rapidement et d’une façon pitoyable. »

Questions

  • Le mariage d’amour est devenu au cours du XXe siècle la forme dominante, sinon exclusive, de mariage dans le monde occidental. Quelles sont les caractéristiques du « véritable amour » conjugal d’après ce texte du Concile Vatican II ?
  • Qu’entend-on ordinairement par « amour » ?
  • Quelles sont les dimensions de la personne qu’intègre l’amour conjugal?
  • Il n’est pas rare d’entendre dire que la durée est l’ennemie de l’amour. Ce texte permet-il d’éclairer cette objection au mariage ?

 


La vocation innée de la personne humaine à l’amour
Jean-Paul II, Exhortation apostolique Familiaris Consortio n°11
« Dieu a créé l’homme à son image et à sa ressemblance [3] : en l’appelant à l’existence par amour, il l’a appelé en même temps à l’amour.
Dieu est amour [4] et il vit en lui-même un mystère de communion personnelle d’amour. En créant l’humanité de l’homme et de la femme à son image et en la conservant continuellement dans l’être, Dieu inscrit en elle la vocation, et donc la capacité et la responsabilité correspondantes, à l’amour et à la communion [5]. L’amour est donc la vocation fondamentale et innée de tout être humain. Puisque l’homme est un esprit incarné, c’est-à-dire une âme qui s’exprime dans un corps et un corps animé par un esprit immortel, il est appelé à l’amour dans sa totalité unifiée. L’amour embrasse aussi le corps humain et le corps est rendu participant de l’amour spirituel. La Révélation chrétienne connaît deux façons spécifiques de réaliser Notes la vocation à l’amour de la personne humaine, dans son intégrité : le mariage et la virginité. L’une comme l’autre, dans leur forme propre, sont une concrétisation de la vérité la plus profonde de l’homme, de son « être à l’image de Dieu ».
En conséquence, la sexualité, par laquelle l’homme et la femme se donnent l’un à l’autre par les actes propres et exclusifs des époux, n’est pas quelque chose de purement biologique, mais concerne la personne humaine dans ce qu’elle a de plus intime. Elle ne se réalise de façon véritablement humaine que si elle est partie intégrante de l’amour dans lequel l’homme et la femme s’engagent entièrement l’un vis-à-vis de l’autre jusqu’à la mort. La donation physique totale serait un mensonge si elle n’était pas le signe et le fruit d’une donation personnelle totale, dans laquelle toute la personne, jusqu’en sa dimension temporelle, est présente. Si on se réserve quoi que ce soit, ou la possibilité d’en décider autrement pour l’avenir, cela cesse déjà d’être un don total.
Cette totalité, requise par l’amour conjugal, correspond également aux exigences d’une fécondité responsable : celle-ci, étant destinée à engendrer un être humain, dépasse par sa nature même l’ordre purement biologique et embrasse un ensemble de valeurs personnelles dont la croissance harmonieuse exige que chacun des deux parents apporte sa contribution de façon permanente et d’un commun accord.
Le « lieu » unique, qui rend possible cette donation selon toute sa vérité, est le mariage, c’est-à-dire le pacte d’amour conjugal ou le choix conscient et libre par lequel l’homme et la femme accueillent l’intime communauté de vie et d’amour voulue par Dieu lui-même [6], et qui ne manifeste sa vraie signification qu’à cette lumière. L’institution du mariage n’est pas une ingérence indue de la société ou de l’autorité, ni l’imposition extrinsèque d’une forme ; elle est une exigence intérieure du pacte d’amour conjugal qui s’affirme publiquement comme unique et exclusif pour que soit vécue ainsi la pleine fidélité au dessein du Dieu créateur. Cette fidélité, loin d’amoindrir la liberté de la personne, la met à l’abri de tout subjectivisme et de tout relativisme, et la fait participer à la Sagesse créatrice. »

Questions

  • Quel est le point de départ de cet enseignement de Jean-Paul II sur le mariage ?
  • En quoi cela éclaire-t-il la nature profonde du mariage  ?
  • Quelle conception de la personne humaine ressort de ce texte ?
  • Comment comprenez-vous les expressions : « donation physique totale » et « donation personnelle totale », et le lien que Jean-Paul II établit entre les deux ?
  • Quel enseignement sur la sexualité humaine tirez-vous de la lecture de ce texte?
  • Comment répondre à l’aide de ce texte à une question souvent posée : est-ce que se marier pour la vie et s’engager à la fidélité n’est pas en contradiction avec la liberté (la libre disposition de soi) et la réalisation de soi ?

 

 

Notes :

[1] Cf. Gen. 2, 22-24 : Prov. 5, 18-20 ; 31, 10-31 : Tob. 8, 4-8 : Cant. 1, 1-3 ; 2, 16 ; 4, 16 - 5, 1 ; 7, 8-11 ; I Cor. 7. 3-6 ; Eph. 5.25-33.
[2] Cf. Pie XI, Enc. Casti connubii : AAS 22 (1930), p. 547 et 548 ; Denz. 2232 (3707).
[3] Cf. Gn 1, 26-27
[4] Cf. 1 Jn 4, 8
[5] Cf. Concile OEcum. Vat. II, const. pastorale sur l’Eglise dans le monde de ce temps Gaudium et Spes, 12.
[6] Ibid., 48

 

 

Sommaire

1e partie : L’égale dignité personnelle de l’homme et de la femme

2e partie : L’alliance conjugale

3e partie : Un amour qui enveloppe le bien de toute la personne

4e partie : Un amour qui enveloppe le bien de toute la personne (suite)

5e partie : Conclusion

Partager cet article

Repost 0
Published by Equipe du blog - dans Questionnaires
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Célibataires chrétiens: en route vers le Mariage
  • Célibataires chrétiens: en route vers le Mariage
  • : Ce blog apporte du sens sur la question du célibat des chrétiens/chrétiennes qui ont vocation à se marier religieusement et à fonder une famille chrétienne. Le blog répertorie les sites, les documents, propose la découverte de témoignages vécus sur le célibat chrétien non-consacré et apporte son grain de sel (de la Terre) sur cette question ô combien délicate. Frères et Soeurs, nous sommes plusieurs à vivre ce chemin de Vie qui nous fait franchir les difficultés pour mener au bonheur.
  • Contact

Rechercher

Archives