Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 07:00
"Laban dit : Ce n’est point la coutume dans ce lieu de donner la cadette avant l’aînée"
Genèse 29.26
 
Bientôt trente ans et pas encore marié(e) !
 
Que de souffrances cachées dans ce titre! Pour y remédier, on a inventé, dans les églises, des séminaires pour célibataires. Bon, et alors? Pourquoi pas des clubs de rencontres! Enfin, ce n’est sans doute pas aussi mauvais que cela. Mais on sent bien que la solution ne passe pas forcément par là !

Vous êtes jeune, belle ou beau, intelligent(e) vous avez le désir de trouver l’âme sœur ; vous avez prié sérieusement pour cela, depuis des années, et rien n’arrive! Fatalement, vous vous posez des milliers de questions. Et puis, chacune de vos copines qui se marie, qui trouve son prince charmant, et qui un an plus tard met un petit au monde, vous pousse un peu plus dans l’inquiétude! "Et moi alors" ? Seriez-vous différent(e) à ce point? Auriez-vous un défaut que personne n’aurait voulu vous signaler? Feriez-vous peur?

À chaque nouvelle année, les mêmes vœux vous reviennent, avec toujours les mêmes sous-entendus, les mêmes petits sourires complices ; vous faites semblant de rire avec les autres, mais votre souffrance est là! Que faire de plus? Aller chercher dans le monde l’épouse idéale? Prendre cet homme marié qui vous a fait des avances? Non, refusez tout net! N’empêche que vous n’en pouvez plus d’être seul(e)!

J’ai constaté parfois, chez beaucoup plus de personnes dans ce cas que vous ne pourriez l’imaginer, une peur liée à l’idée de se tromper! "Est-ce le bon, comment vais-je le reconnaître, comment puis-je être sûr?" Ce sont des questions légitimes, mais qui ne doivent jamais bloquer les choses! Vous avez prié afin de connaître la volonté de Dieu, et vous voulez y entrer et y vivre pleinement, c’est bien! Mais, au fait, c’est quoi, dans ce domaine, "la volonté de Dieu"? Bibliquement parlant, c’est ceci : "Seulement, que ce soit dans le Seigneur" (1 Corinthiens 7.39) et rien d’autre! À partir de là, si Dieu n’est pas d’accord avec vous, il vous le fera clairement savoir! Cessez d’être effrayé par la perspective de la volonté divine, c’est anormal!

Pas question pour vous d’épouser n’importe qui, et à n’importe quelle condition, mais si vous avez de l’amour l’un pour l’autre, que la situation est claire, que rien ne s’oppose à un mariage, pourquoi voulez-vous encore attendre cinq ans de plus pour "être sûrs"? C’est inutile!

Et puis, à toutes celles et à ceux qui attendent fidèlement l’accomplissement du plan de Dieu pour leur vie, attendez, la bénédiction vient, et ne la stoppez pas par des raisonnements aussi étranges que ridicules du genre : "Moi, j’attends un brun aux yeux verts et rien d’autre" ou encore "Moi, je veux épouser une blonde d’un mètre quatre-vingt, et j’attendrai le temps qu’il faut! ", etc. Laissez Dieu vous surprendre ; lui en laisserez vous le droit? Il vous connaît, et sait qui il vous faut!

Une prière pour aujourd’hui

Seigneur, ma vie est devant toi, tu connais mes sentiments profonds ; regarde mon cœur honnête devant toi  j’aurais pu faire de si mauvais choix, succomber à tant de tentations, faire comme tout le monde, mais je veux faire ta volonté, je veux vivre dans ton plan et je ne veux pas en avoir peur. Conduis ma vie. Au nom de Jésus. Amen.

Samuel Foucart, jeudi 13 mars 2008
Source : Topchrétien
Repost 0
Published by celibataire catholique V - dans Méditations - prières
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 07:00
Cohabiter ou se marier ? (partie 2)
par Myriam Terlinden


Question : Sommes-nous prêts à nous engager totalement l’un vis-à-vis de l’autre ?
Quand on vit en couple, un jour ou l’autre, on rencontre la "différence" : l’autre est différent de ce que j’avais imaginé, rêvé… Ce peut être une bonne surprise, mais aussi une difficulté ! À ce moment-là, il faut décider de passer outre. Mais voilà : la plupart du temps, les cohabitants se réservent (plus ou moins consciemment) une porte de sortie : on reste ensemble tant que le couple est satisfaisant ; on se quitte si ça devient trop difficile. Ils risquent de se sentir inhibés chaque fois que, pour une raison ou une autre, ils ont envie de se mettre en colère, parce qu’à chaque dispute, la relation tout entière peut voler en éclats.

Réponse : L’aimer… c’est lui donner notre vie
L’amour a besoin de la force de l’engagement, qui est volonté explicite et formelle de passer au-dessus des obstacles que tout couple rencontre tôt ou tard sur son parcours. Il y a des gens qui s’engagent sans se marier. Il y a des gens qui se marient sans s’engager. Cependant, dans nos sociétés, on constate, statistiquement, que c’est le mariage qui est la concrétisation de l’engagement : il est bien plus solide que la cohabitation. Pourquoi ? Parce qu’il permet aux couples de résoudre leurs difficultés en ayant l’assurance que l’affrontement et les conflits ne remettent pas en cause leur projet initial ni leur amour. Au contraire, beaucoup de cohabitants reconnaissent qu’ils laissent les problèmes aller beaucoup trop loin : en effet, en cas de conflit grave, qui dit que le couple résistera à la tempête, puisqu’ils ne sont pas engagés mutuellement pour toujours ?


Question : Pouvons-nous nous parler sans avoir peur de voir l’autre partir ?
L’amour ne peut s’approfondir que par le dialogue qui nécessitera parfois de sérieuses remises en question des amoureux. Est-il possible, s’il remet en question, en même temps, la survie du couple ? Peut-être, pour celui qui a déjà "l’idée" de partir. Impossible pour celui qui redoute la rupture. Celui qui aime le plus, celui qui souhaite la durée, est inhibé. Il "s’écrase" de peur de décevoir l’autre. Et le fossé d’incompréhension entre les deux partenaires grandit lentement mais sûrement.
C’est spécialement vrai en matière de sexualité : de nombreux films, de nombreux articles de revues "grand public" laissent croire que le couple vit à partir de la sexualité. Si ça va physiquement, tout va. Et cette entente physique devrait être "automatique", sinon c’est que le couple n’est pas fait pour s’entendre. Or, cette idéologie nie un point essentiel de la psychologie humaine : si la satisfaction sexuelle est presque innée chez l’homme, elle est le résultat d’un apprentissage chez la femme, et, de plus, est fortement conditionnée par le climat d’amour réel dans lequel se déroule la relation physique. L’entente physique des couples se construit par un dialogue vrai. Or, comme beaucoup ne le savent pas, ils se taisent sur cette question, de peur de paraître "coincés" ou ringards. Et ils n’évoluent pas…

Réponse : Pour s’aimer, il est nécessaire de pouvoir parler librement
Or, la communication est essentielle, indispensable : elle permet de se réajuster en permanence, de faire le point, de désamorcer les conflits. Mais elle n’est pas toujours facile : de nombreux couples souffrent d’une incapacité à exprimer "avec des mots", ce qu’ils ressentent. Une des difficultés de la communication réside dans le fait que les hommes et les femmes ne communiquent pas de la même façon : la femme parle plus, elle aime exprimer ses sentiments et ce qu’elle vit intérieurement. L’homme est plus secret. Il peut parler sans difficulté de son travail, de ses hobbies, de politique. Mais il parlera peu de ce qu’il "est". Or, c’est justement ce qui intéresse sa femme ! L’homme doit donc apprendre à communiquer sa vie intérieure, la femme doit apprendre à percevoir l’amour de son conjoint dans ses gestes et ses actes. Et les deux doivent apprendre à parler en vérité, en regardant la réalité bien en face, pour permettre de résoudre les problèmes au fur et à mesure qu’ils se présentent. Et apprendre à exprimer leur bonheur, aussi ! Quelle joie en effet d’entendre l’autre dire qu’il est heureux grâce à son conjoint...


Source : "Vivre heureux en couple", Revue "Il est vivant!", n°194, mai 2003, communauté de l'Emmanuel.

Dossier "Vivre heureux en couple"
(paru dans la revue "Il est vivant!", communauté de l'Emmanuel) :

Cohabiter ou se marier? (1)
Repost 0
Published by celibataire catholique V - dans Célibat en vue du mariage
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 07:00
Merci au Père Denis Sonet de nous avoir transmis cette note d'humour

C'est la fin de l'année scolaire et Jésus, qui est élève à l'école de Nazareth, rentre chez lui avec son bulletin de notes. Et, franchement, ce n'est pas très bon. Sa mère a déjà vu le mauvais bulletin. Elle n'a rien dit, méditant toutes ces choses dans son coeur. Mais, aujourd'hui, le plus difficile reste à faire : il faut le montrer à Joseph.

MATHÉMATIQUES : Ne sait quasiment rien faire, à part multiplier les pains et les poissons.
SENS DE L'ADDITION : N'est pas acquis, affirme que son Père et lui ne font qu’un.
ÉCRITURE : N'a jamais ses cahiers et ses crayons, est obligé d'écrire sur le sable.
GÉOGRAPHIE : N'a pas le sens de l'orientation, ne connaît qu'un chemin qui conduit à son père.
CHIMIE : Ne fait pas les exercices imposée et quand on a le dos tourné, transforme l'eau en vin.
ÉDUCATION SPORTIVE: au lieu d'apprendre à nager, comme tout le monde, marche sur l’eau.
EXPRESSION ORALE : Grosses difficultés à parler clairement, s'exprime en paraboles.
ORDRE : A perdu toutes ses affaires et déclare qu'il n'a même pas une pierre comme oreiller.
CONDUITE: Tendance à fréquenter les étrangers, les pauvres, les galeux et les prostituées.

Joseph se dit que ça ne peut plus durer, qu'il doit prendre des mesures sévères et il s'écrie : "Eh bien Jésus ! Puisque c'est comme ça, tu peux faire une croix sur tes vacances de Pâques !"
Repost 0
Published by Père Denis Sonet - dans Humour chrétien
commenter cet article
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 07:00
[ Note de l'équipe du blog : Le cycle d'articles sur le couple chrétien devait démarrer fin janvier. Le pélé du Sacré-Coeur de Montmartre le 21 mars 2009 et l'annonce de nombreux événements pour célibataires nous ont obligé à reporter la publication à la fin mars. Une remarque : A trop se focaliser sur la rencontre, à être en recherche de son promis ou de sa promise, on en oublie l'essentiel : qui es-tu toi qui es en face de moi? Quelle est ta vie? Que partageons-nous dans la gratuité du don?  Bonne route! ]

D'accord, la saint Valentin approche... Avant de se dire "Où est mon/ma valentin(e)?", il est temps de se pencher sur ce qu'est la vie de couple ;) Un dossier "Vivre heureux en couple" à lire et à relire, paru dans la revue "Il est vivant!", de la communauté de l'Emmanuel. Version intégrale disponible sur le site de la Pastorale familiale du diocèse de Digne. Sur le blog, nous publierons le dossier en huit extraits, une tradition du blog pour les sujets très denses. Bonne lecture!


Cohabiter ou se marier ? (partie 1)
par Myriam Terlinden
 
C’est un fait, confirmé par les statistiques : les cohabitations sont plus fragiles que les mariages, et ceux qui se marient après avoir cohabité divorcent deux fois plus que ceux qui n’ont pas cohabité. Les jeunes qui se préparent au mariage ont tous au moins une peur : le divorce. Un couple sur trois en province, un sur deux à Paris se séparent au bout de cinq années de mariage en moyenne. Le mariage semble alors soumis à l’épreuve du jeu : une chance sur deux ! Vivre en couple au 21e siècle, une sacrée aventure ?
Sans compter des tas de questions sur l’avenir : est-ce que nous aurons du travail ? comment son caractère va-t-il évoluer ? est-ce qu’il ou elle m’aimera toujours autant dans dix ans ? et s’il me laisse tomber ? autant de questions, de peurs, d’angoisses qui empêchent souvent l’engagement dans le mariage, voire même dans la vie de couple. Alors beaucoup préfèrent cohabiter pour ne pas prendre le risque de se tromper.
Pourtant le mariage, d’après les statistiques, donne un cadre en général plus solide, plus adéquat à l’amour, et plus propice à son développement à condition, bien entendu, de prendre le temps de préparer cette vie commune. Choisir la cohabitation, c’est choisir un amour fragile qui a peu de chances de durer.
On connaît tous la courbe de vie et de mort d’un produit. On pense que l’amour suit la même courbe. Or, c’est tout le contraire. L’homme et la femme sont les acteurs de l’amour, et la croissance de leur amour est entre leurs mains. L’amour a une contrainte : s’il ne s’épanouit, il s’attiédit. Vivre heureux en couple, non seulement c’est possible, mais c’est normal… Alors pourquoi tant d’échecs amoureux ? En analysant les points de fragilité de la cohabitation, nous avons essayé de dégager quelques questions de simple bon sens à se poser avant de se livrer à l’amour.

 
Question : Avons-nous choisi de vivre ensemble ?
« Et si on se mettait ensemble, on verra bien ! » Ne se retrouve-t-on pas parfois ensemble par hasard ? On commence alors une vie commune non pas parce qu’on a décidé de le faire, mais parce qu’on n’a pas décidé de ne pas le faire. Plusieurs études montrent que la plupart de ces couples s’établissent progressivement dans un logement qui devient commun : le processus commence en passant épisodiquement une nuit ensemble, puis l’un amène de plus en plus d’effets personnels chez l’autre pour finalement, ne plus repartir. Le fait d’être amoureux est à l’origine de la relation, qui évolue suivant les sentiments. S’ils durent, tant mieux. S’ils meurent, tant pis. La mise en ménage, alors, n’est pas précédée d’une réflexion sur le pourquoi, le sens, le long terme ; et beaucoup se réveillent, un matin, en disant : « Je me suis trompé(e), ce n’est pas elle (lui) qui me convient . »

Réponse : Il est préférable de bien choisir l’homme ou la femme de sa vie !
Ne vaut-il pas mieux choisir son conjoint ? Ça paraît évident ! Et pourtant nombreux sont ceux qui se lancent dans la vie de couple uniquement conduits par la passion. Or il y a une différence fondamentale entre "être amoureux" et aimer. Le sentiment amoureux éveille en moi cet attrait, mais peut me tromper. Je dois prendre un temps suffisant pour connaître l’autre. Si je n’ai pas choisi de tomber amoureux, je peux décider de ce que je vais faire de ce sentiment. Est-ce que je vais, réellement, pouvoir construire une histoire d’amour durable, épanouissante, avec ce garçon ou cette fille dont je suis amoureux ? Sommes-nous en accord sur les aspirations profondes qui nous habitent ? Ce temps où nous allons réfléchir, mûrir, discerner est essentiel pour ne pas se tromper. Mais c’est un temps difficile, car il demande de maîtriser son désir. Généralement, les couples heureux ont pris ce temps de réflexion, pour s’assurer de leur choix.


Question : Quel est notre projet de couple ?
Les cohabitations commencent de plus en plus tôt, à un âge où les jeunes n’ont pas encore vraiment décidé ce qu’ils voulaient faire de leur vie. À un moment donné, ils se rendent compte que leurs aspirations sont trop différentes pour être compatibles. Exemple typique : les étudiants, qui, amoureux fous, se mettent en ménage durant le temps de leurs études. À la remise des diplômes, problème : l’un veut se spécialiser à l’étranger, alors que l’autre ne veut pas quitter un job qu’il a eu du mal à trouver sur place. Que faire ? L’un veut des enfants tout de suite, l’autre pas. Que faire ? L’un veut se marier, l’autre pas. Que faire ? etc. Le plus souvent, ces divergences sur des questions essentielles de la vie provoquent la rupture, inattendue et douloureuse.

Réponse : Mieux vaut réfléchir avant sur ce que nous voulons vivre ensemble !
Le projet de couple est « l’orientation générale » que les conjoints vont donner à leur vie de couple : à deux, ils vont construire une histoire commune, fruit de leurs projets et de leurs rêves. Pour cela, il est indispensable que chacun ait d’abord un projet personnel : que vais-je faire de ma vie ? Quelles sont mes aspirations profondes ? Qu’est-ce qui est essentiel, prioritaire pour moi ? La famille, le travail, les enfants, mon hobby, mes amis ? Nos priorités sont-elles compatibles ? Non seulement maintenant, mais aussi à long terme ? Bien entendu, il n’est pas nécessaire et même possible de "tout" prévoir. La vie est suffisamment riche en imprévus et rebondissements pour mettre à mal les meilleurs projets. Mais que de drames évités si les amoureux prenaient le temps de vérifier que leurs grandes aspirations sont compatibles.


Source : "Vivre heureux en couple", Revue "Il est vivant!", n°194, mai 2003, communauté de l'Emmanuel.
Repost 0
Published by celibataire catholique V - dans Célibat en vue du mariage
commenter cet article
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 08:00
Les Routes de Vézelay
Du 23 au 24 mai 2009
Pour les jeunes de 16 à 30 ans

Dans la dynamique de l'année jubilaire saint Paul, le thème est : "Je ne rougis pas de l'Evangile" (Epitre aux Romains 1,16).

Quatre routes :
Route Nord, départ de Paris et de Bruxelles
Route Ouest, départ de Angers, Tours, Nantes, Nevers, Rennes, Le Mans, Caen, Orléans et Blois
Route Est, départ d'Auxerre, Dijon, Strasbourg, Colmar, Ottmarsheim, Metz et Nancy
Route Sud, départ de Lyon, St Etienne, Villefranche, Grenoble, Avignon, Marseille, Vichy, Moulins, Toulouse et Lourdes

Informations : http://routesdevezelay.cef.fr/index2008_rentree_theme.php
Préparer l'édition 2009 : http://routesdevezelay.cef.fr/inscr_preparer.php
Tous les contacts : http://routesdevezelay.cef.fr/site_contact2008.php et Tél. 03 86 33 39 52
Repost 0
Published by celibataire catholique V - dans Nuits d'Adoration - Groupes de prières
commenter cet article
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 18:05

Samedi et dimanche 2 et 3 mai 2009

Rassemblement annuel des
Chrétiens célibataires

à Saint-Anne-d'Auray (56)

Sur le thème : "N'ayons pas peur d'aimer !"

avec Aline Lizotte (spécialiste de la formation chrétienne de la personne, théologienne et philosophe)

 

Ces journées, faites d'enseignements, de partages en groupes, d'activités à l'extérieur… permettent à toutes les personnes célibataires, désirant s'épanouir dans leur état de vie non choisi et conforter leur place dans l'Eglise, de vivre des moments de rencontre fraternelle, de fête et de prière, sous la lumière de la Parole de Dieu.


Vocation à fonder une famille, questions sur l'isolement dans les paroisses, comment porter du fruit devant les années qui passent, joies et fécondité dans le célibat… autant de questions dont chacun et chacune pourra recueillir des réponses au cours de ce week-end.


Un dîner au restaurant aura lieu le samedi. Ne tardez pas à vous inscrire !!

Dans la joie de vous retrouver chez notre "grand-mère" sainte Anne.


Programme :

Samedi 2 mai 2009
8h45       Accueil et inscription (salle Jean-Paul II), suivi d'un enseignement (salle Pierre de Keriolet)
11h00    Messe à la basilique (présidée par Mgr Centène, évêque de Vannes)
12h15    Pique-nique (à prévoir personnellement)
14h00    Enseignement - Parcours découverte
17h00    Goûter
17h30    Ateliers au choix
19h00    Dîner au restaurant (réservation obligatoire pour le 18 avril) et soirée festive

Dimanche 3 mai 2009
8h30      Accueil et enseignement, suivi d'un partage en groupes
12h00   Apéritif - Pique-nique (à prévoir personnellement)
14h00   Partage avec l'intervenante
16h30   Messe à la basilique (présidée par Mgr Gourvès, évêque émérite de Vannes)
17h45   Goûter et envoi


Inscription : participation forfaitaire 2 et/ou 3 mai 2009
Hors dîner : 13 euros
Avec dîner au restaurant : 26 euros
Si dîner, règlement impératif avant le 18 avril

Renseignements et réservation au 06 70 41 02 01
ou par email celibataires (point) sainteanne (arobase) voila (point) fr
Plus d'informations sur http://celibataireschretien.site.voila.fr

Repost 0
Published by celibataire catholique L - transmise par J-L. H. - dans Evènements pour célibataires
commenter cet article
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 08:00

Le domaine de Chadenac, résidence de tourisme bien équipée et située, organise souvent des séjours de vacances pour célibataires chrétiens. Qui s'en plaindra?

Pour les 30-55 ans ici.
Avec pour tous les séjours randonnées (volcans d'Auvergne, etc...), visites culturelles, animation spirituelle, échanges, animations sportives, danses,...

du 10 au 18 juillet 2009 (possibilité de stage icônes, dessin ou tennis)
du 15 au 22 août 2009
du 22 au 29 août 2009 (possibilité de stage de Danse libre "retrouver le mouvement naturel du corps")

23 au 28 août
Session de connaissance de soi
 "mieux se connaître pour oser le mariage"
pour célibataires de 30 à 45 ans avec l'IEDH, pour cette session inscriptions auprès de l'IEDH.

transmis par le centre Trinité (Paris)
renseignements auprès du Domaine de Chadenac sur www.ucpcv.com et chadenac43.free.fr.

Repost 0
Published by celibataire catholique L - dans Evènements pour célibataires
commenter cet article
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 21:00
Le Centre Trinité nous informe que quelques places sont encore disponibles pour ce pèlerinage en Italie du Sud, terre natale de Padre Pio. Pour mémoire, Castel del Monte est la forteresse médiévale qui servit de décor au film de Jean-Jacques Annaud, "Le nom de la Rose" , adaptation du célèbre roman de Umberto Eco. Un beau voyage ouvert à toutes et à tous, les célibataires pourront partager leur chambre ou demander une chambre simple (moyennant 190 € de supplément).

Italie du Sud : Sur les traces de Padre Pio et voyage culturel dans les Pouilles
Dates : samedi 16 mai 2009 au samedi 23 mai 2009
Prix TTC : 1.690 €
Groupe de 25 personnes
Formalités : carte d'identité en cours de validité pour les ressortissants majeurs de l'Union Européenne
Date limite d'inscription : 2 avril 2009

Programme et bulletin d'inscription disponibles sur http://www.latriniteparis.com/Les-Pouilles.html

Centre Trinité
3, rue de la Trinité 75009 Paris
Tél./Fax : 01 48 74 79 93
centretrinite [arobase] latriniteparis [point] com
Repost 0
Published by Centre Trinité et célibataire catholique V - dans Voyages
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 08:00
La réflexion qui a conduite à l'étude des Associations Familiales Catholiques (AFC) sur "L'avenir de la famille, le coût du non mariage" s'est construite dans la durée. Petit aperçu de la genèse d'un enseignement sur le mariage et sur le choix de fonder une famille chrétienne.


Les associations catholiques défendent le mariage


Non, le mariage n'est ni mort ni ringard, il ne se résume pas, non plus, à un vulgaire contrat privé. Et, à l'occasion de leur centième anniversaire, les Associations familiales catholiques (AFC) ont décidé d'en redorer le blason. Elles sortent de leur réserve pour faire campagne en faveur de cette "institution sociale", fondatrice de la famille selon Paul de Viguerie, président des AFC.

"Ce n'est pas l'enfant qui fait la famille, c'est le couple, formé par un homme et une femme", estiment les AFC, reprenant ainsi - pour la contredire - une formule en vogue parmi certains sociologues et portée par Ségolène Royal, ex-ministre de la Famille de Lionel Jospin. Les familles catholiques ont bien l'intention de le démontrer : le mariage, ce n'est pas comme le concubinage ou le pacs. Une démonstration qu'ils ont voulu confier à des scientifiques.

Des spécialistes de nombreuses disciplines (histoire, économie, philosophie, droit, psychologie, éducation, mais aussi théologie) vont donc se constituer en "laboratoire" et travailler sous la houlette de Pierre Benoît, directeur de l'Institut des sciences de la famille de Lyon, rattaché à l'université catholique de la ville. Mission : évaluer le coût du "non-mariage".

Depuis les années 60, l'organisation du mariage a en effet été confrontée à des évolutions majeures. En 1965, un premier changement législatif permettait ainsi aux femmes de gérer leurs biens et leurs salaires de façon autonome. Divorce, filiation, succession, les lois organisant la famille ont ensuite été bouleversées au cours des dernières décennies. "La situation est paradoxale, explique Pierre Benoît : A la mairie, on lit toujours aux mariés les mêmes articles qu'avant, mais leur portée n'est plus la même. Le mariage a changé de sens : il est allégé." Exemples : on parle d'engagement, mais on peut divorcer, même quand l'autre ne le souhaite pas ; on mentionne l'obligation de fidélité, mais le "coup de canif dans le contrat" n'est plus considéré de la même manière qu'il y a vingt ou trente ans - y compris par les tribunaux.

Parmi d'autres indicateurs de l'impact du non-mariage, le groupe de travail veut se pencher de plus près sur "l'effet de brouillage juridique". "Actuellement, explique Pierre Benoît, il existe trois situations de couple : le mariage, le concubinage et le pacs. Mais, dans tous les cas, le mariage sert encore de modèle caché, les couples non mariés croyant très souvent dépendre des mêmes textes de loi que les couples mariés, ce qui est faux. Par exemple, la séparation d'un couple non marié et un divorce n'ont pas du tout les mêmes conséquences, notamment financières."

Les chercheurs mandatés par les familles catholiques vont encore travailler sur des thèmes plus classiques, comme les rapports entre l'absence d'union officialisée et la pauvreté, ou les résultats scolaires des enfants.

En dépit du concubinage et du pacs, le mariage reste le modèle d'union le plus prisé des Français : 25 millions d'entre eux se sont passé la bague au doigt - parfois plusieurs fois - et même le mariage religieux a encore la cote puisque un tiers des 300 000 cérémonies civiles annuelles seraient ensuite célébrées par l'Église catholique.

Laurence de Charette
Source : Le Figaro, 11 décembre 2004
Repost 0
Published by celibataire catholique V - dans Célibat en vue du mariage
commenter cet article
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 08:00
Divorcés : des souffrances à prendre en compte

"La solitude et la souffrance des divorcés en fait des membres souffrants du Corps du Christ". Comme le dit Saint Paul, "ils réclament le plus de soin et d’attention" (I Corinthiens 12.26-27). "Ils sont vraiment membres de l’Eglise, appelés à partager sa vie et à y recevoir des responsabiltés."

Lire le document (en format pdf) de Mgr Francis Deniau, évêque de Nevers à l’occasion du synode de la Nièvre.

Repost 0
Published by celibataire catholique V - dans Conférences
commenter cet article

Présentation

  • : Célibataires chrétiens: en route vers le Mariage
  • Célibataires chrétiens: en route vers le Mariage
  • : Ce blog apporte du sens sur la question du célibat des chrétiens/chrétiennes qui ont vocation à se marier religieusement et à fonder une famille chrétienne. Le blog répertorie les sites, les documents, propose la découverte de témoignages vécus sur le célibat chrétien non-consacré et apporte son grain de sel (de la Terre) sur cette question ô combien délicate. Frères et Soeurs, nous sommes plusieurs à vivre ce chemin de Vie qui nous fait franchir les difficultés pour mener au bonheur.
  • Contact

Rechercher

Archives