Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 14:00
 
A l'occasion de la prochaine session pour célibataires qui se tient aux sanctuaires de Paray-le-Monial du 26 au 31 juillet 2008, Ludovic Manchon, responsable du Parcours Célibataires à la Communauté de l'Emmanuel, a bien voulu répondre à quelques questions. Entretien.


Blog CC : Bonjour, vous êtes les organisateurs d'une belle initiative. Une retraite pour célibataires chrétiens s'impose-t-elle aujourd'hui?

Ludovic Manchon, Paray-le-Monial : À Paris, une personne sur deux vit seule. D’autre part, on constate depuis bien longtemps maintenant que la société contemporaine déserte peu à peu le champ des valeurs. Citons par exemple : l’engagement et le don de soi-même ; l’espérance ; l’attention et le soutien aux plus faibles que soi…  Cela crée un vide terrible. Le phénomène de la dépression psychologique est relativement nouveau, mais c’est aussi un phénomène de masse. Or, cette même société (à travers le milieu professionnel, les amitiés, la culture médiatique et même la famille) apporte des réponses souvent déficientes, par exemple le recours au traitement médicalisé pour soigner certaines pathologies. La France est le plus grand consommateur d’antidépresseurs au monde, disent les statistiques. Comme chrétiens, nous savons que la solution – car elle existe – se trouve en Dieu. Mais peu de gens s’en doutent aujourd’hui. Le champ à moissonner est donc considérable.


Blog CC : Comment sont nées ces retraites pour célibataires ?

Ludovic Manchon, Paray-le-Monial : Tout d’abord, il semble important de bien savoir de qui l’on parle. Un célibataire, ce n’est pas une personne divorcée, ou un parent vivant seul avec ses enfants. Il ne s’agit pas de discrimination. Simplement, l’Eglise a un message à délivrer aux personnes célibataires, qui n’est pas le même que celui s’adressant aux personnes ayant déjà vécu une expérience de couple. Les situations sont différentes donc le message n’est pas le même.

Les retraites pour célibataires sont nées en 2000, année du Jubilé, à Paray le Monial. À ce moment-là, on avait organisé trois jours de session pour les jeunes de 25 à 35 ans. Aussitôt, on s’est demandé quoi faire pour… les plus de 35 ans. Rien n’avait été prévu. Or c’est précisément à partir de 35 ans (et même bien plus tôt pour les jeunes filles) que l’on commence à « psychoter » sur sa situation : est-ce que je vais me marier ? Que m’arrive-t-il ? Suis-je réellement « aimable » ? Et ainsi de suite.

Dès l’année suivante, en 2001, nous avons mis en place un Parcours dédié aux célibataires, dans le cadre de l’une des sessions des familles organisées pendant l’été à Paray le Monial. Nous avions alors 300 inscrits. Depuis, le nombre de participants n’a cessé de croître, jusqu’à atteindre 800 participants en 2006.  


Blog CC : Qu'apporte la communauté de l'Emmanuel pour les célibataires chrétiens ?

Ludovic Manchon, Paray-le-Monial : Les lieux de rencontres entre célibataires aujourd’hui ne manquent pas. Celui qui cherche trouve. Cela étant dit, est-on vraiment prêt à la rencontre ? On s’aperçoit assez souvent que bien des problèmes personnels non résolus rejaillissent sur la relation dans le couple. Or cette relation, qui est la plus belle chose au monde, est en même temps un véritable défi, qu’il faut pouvoir relever en étant soi-même dans de bonnes dispositions. Là, nous pensons qu’il existe tout un champ de reconquête de soi-même pour apprendre à s’aimer, à vaincre ses propres peurs (peur de l’autre sexe ; phobies remontant à l’enfance ; peur de ne pas se marier!...), à acquérir une saine vision de ce qu’est (ou n’est pas) le mariage, et surtout à donner à Dieu dès aujourd’hui la place qui lui revient dans nos vies.


Blog CC : Avez-vous remarqué une différence d'approche du célibat par les hommes et les femmes ?

Ludovic Manchon, Paray-le-Monial : De manière générale, il apparaît que la participation des femmes est plus importante dans le cadre du Parcours célibataires (comme en bien d’autres lieux d’engagement dans l’Eglise), mais les hommes ne sont heureusement pas les grands absents. Est-ce parce que les femmes savent « qu’elles n’ont pas toute la vie » ? On retrouve en tout cas leur aptitude relationnelle typique qui les rend peut-être plus participatives dans le Parcours. Sur le fond, je pense que les réactions par rapport au célibat sont assez similaires : elles se traduisent par le constat d’une réelle impuissance et, par suite, un vrai désœuvrement qu’il faut dépasser. 


Blog CC : Nous sommes quelques-uns à observer que le célibat chrétien est considéré comme un temps subi, non-choisi, une attente qui se prolonge. L'équipe du blog aborde le célibat comme une étape de notre chemin vers la sainteté. Partagez-vous ce point de vue ?

Ludovic Manchon, Paray-le-Monial : Tout à fait. En premier lieu, le célibat n’est jamais une fin en soi. Pour la grande majorité d’entre nous, il doit aboutir au mariage. Croire cela est déjà une marque de confiance en Dieu. (Si nos chemins doivent prendre une route différente, Dieu nous fera comprendre le moment venu le plan qu’il a pour nous, et qui est toujours ce qu’il y a de mieux pour nous.)

Or, cette finalité certaine se prépare dès maintenant. Dans le célibat non choisi, il nous est demandé à un moment donné d’accueillir notre situation telle qu’elle est en la faisant fructifier. Alors on passe du subi au choisi. Dieu nous attend et il nous bénit là où nous sommes. Là commence la marche vers la sainteté.

C’est une réalité de la vie spirituelle que nous voudrions toujours être ailleurs que là où Dieu nous a mis. Certes encore une fois, le désir du mariage est on-ne-peut-plus légitime. Mais il faut aussi être réaliste. Chez nos aînés, un mariage sur deux mène au divorce (et deux sur trois à Paris). Alors nous-mêmes, célibataires, sommes-nous vraiment certain que nous allons échapper aux lois statistiques actuelles ? N’est-il pas temps de nous dire que le célibat, par nature provisoire, est une parenthèse dans nos vies dont il faut tirer partie dès maintenant ?


Blog CC : En quelques mots, pouvez-vous nous décrire l'approche de la communauté de l'Emmanuel ?

Ludovic Manchon, Paray-le-Monial : Nous voudrions inviter les célibataires à se décentrer d’eux-mêmes et de leur souffrance. La souffrance est partout et nombreuses sont les tentatives de l’homme pour y échapper ; mais alors, plus dure est la chute. Le Christ , par son enseignement et sa vie, nous assure qu’après la mort, vient la résurrection. L ’Eglise, par l’exemple des saints, nous enseigne que la joie et la croix sont intimement liées. L’acceptation de cette vision est porteuse d’une très grande fécondité.


Blog CC : La retraite organisée à Paray-le-Monial apporte un temps de partage qui est le bienvenu quand le célibat nous enferme dans le doute et la perplexité. Comment aimer son prochain quand on est célibataire ?

Ludovic Manchon, Paray-le-Monial : Cette question est en réalité liée à la précédente. Je m’explique : en se décentrant d’eux-mêmes, les célibataires (et ceux qui souffrent de manière générale) s’apercevront qu’il y a toujours plus faible et plus démuni qu’eux. Il ne s’agit pas fuir sa propre souffrance, mais au contraire de la reconnaître, de la remettre à Dieu en confiance et humilité, dans un échange d’amour où l’on dit à Dieu : « occupe-toi de mes affaires, et je m’occupe des tiennes ». Alors, je vous assure que la vie prend un tour complètement différent, extrêmement stimulant et à la source d’une espérance  indéfectible. Moi qui suis célibataire, j’en témoigne. Concrètement, il y a beaucoup de lieux, en France dans le monde, où il est possible d’aider les plus petits que soi. Par exemple, au lieu d’aller passer une semaine sur les plages de Rio de Janeiro, en bordure d’une chaine hôtelière, pourquoi ne pas aller à quelques kilomètres de là à la rencontre des populations démunies et repeindre des favellas ? N’est-ce pas beaucoup plus enrichissant ? Mais on n’est pas obligé d’aller trouver de l’autre côté de l’Atlantique ce que l’on a chez nous. Nous sommes tristement bien lotis en ce qui concerne les quartiers défavorisés…Voilà ce que nous souhaitons encourager à l’heure actuelle. 


Blog CC : Peut-on considérer que le célibat est abordé avec optimisme lors de la retraite ?

Ludovic Manchon, Paray-le-Monial : L’année dernière, pendant le Parcours, nous avons organisé dès le premier soir un apéritif avec petit fours. On se serait crû à un mariage ! L’une d’entre nous, qui est psychologue, a eu l’idée de mettre sur pied un jeu, qui engageait le bon demi-millier que nous étions à ce moment-là. L’atmosphère s’est immédiatement détendue. Quelqu’un est venu vers nous en nous disant : « c’est incroyable ! Les barrières sont tombées. On se croirait au quatrième jour de la session ! ».


Blog CC :
Quels sont les plus beaux témoignages dont vous pouvez nous faire part ?

Ludovic Manchon, Paray-le-Monial : Ils se lisent sur les visages et à travers les nombreux remerciements venus d’un peu partout. Même si ces remerciements sont le plus souvent laconiques, ils n’en sont pas moins sincères. Je crois qu’ils sont les conséquences de la miséricorde déversée par Jésus sur tous ceux qui répondent à son invitation de se rendre dans la ville de son Cœur (Paray le Monial est le lieu où le Christ a délivré à sainte Marguerite-Marie le message de son Sacré-Cœur). Il s’agit d’une grâce dont Dieu gratifie notre époque et notre pays. Il serait dommage de s’en priver.

 
Blog CC : Quel est votre message d'espérance pour les célibataires chrétiens ?

Ludovic Manchon, Paray-le-Monial : « Ne vous lassez pas de prier. La confiance fait des miracles. » (Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus).


Merci d'avoir répondu à toutes nos questions. Les informations sur les retraites de Paray-le-Monial sont disponibles sur http://www.sanctuaires-paray.com.


Paray-le-Monial 2008
Session pour les célibataires

du 26 au 31 juillet 2008


Organisée et animée par la Communauté de l’Emmanuel.

Vous êtes célibataire sans l’avoir choisi, vous vous interrogez sur la façon de vivre cette situation et le sens de votre vie. Le parcours célibataires vous propose des conférences et des tables rondes spécifiques les après-midi, des temps de rencontre et d’échanges, et une veillée artistique.

Plus d'informations sur http://www.sanctuaires-paray.com/spip.php?article252

Autres articles du blog:
interview avec le père de Rolland, jésuite, sessions Manrèse "donner sens à son célibat"
Paray-le-Monial 2008, Retraite pour femmes, 11-13 avril 2008 
Paray-le-Monial, session pour les célibataires, 26-31 juillet 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Entretien réalisé par célibataire catholique V. - dans Evènements pour célibataires
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Célibataires chrétiens: en route vers le Mariage
  • Célibataires chrétiens: en route vers le Mariage
  • : Ce blog apporte du sens sur la question du célibat des chrétiens/chrétiennes qui ont vocation à se marier religieusement et à fonder une famille chrétienne. Le blog répertorie les sites, les documents, propose la découverte de témoignages vécus sur le célibat chrétien non-consacré et apporte son grain de sel (de la Terre) sur cette question ô combien délicate. Frères et Soeurs, nous sommes plusieurs à vivre ce chemin de Vie qui nous fait franchir les difficultés pour mener au bonheur.
  • Contact

Rechercher

Archives