Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 07:00

Descouvemont-couv-guide.jpgLa suite des extraits disponibles sur le site SERVIAM. Lecture utile et instructive pour mieux réagir face aux épreuves de la vie, qui nous contrarient et nous rendent a fortiori contrariants... Pour faire la bonne rencontre, construire son couple, fonder une famille, il faut aller sur l'autre rive, ne pas rester au milieu du gué et franchir les obstacles posés sur notre route.. Bonne lecture!

Guide des difficultés

1. Mes cris de révolte sont légitimes

Ces cris de protestation ne sont nullement des péchés. Ils sont même, en un sens, un hommage implicite rendu au Créateur qui n'avait pas programmé au point de départ une telle avalanche de maux. Le péché des anges et celui de nos premiers parents sont venus bousculer ses plans. (...)
Ces cris doivent plaire infiniment plus à Dieu que l'attitude de ceux qui finissent par se résigner à ce qui leur arrive en essayant de se persuader qu'en définitive il est possible de ne pas trop souffrir des contrariétés de l'existence ; il suffit d'éliminer de son coeur tout désir, de supprimer tout attachement aux personnes et aux choses qui nous entourent. (...) Telle n'a pas été l'attitude de Jésus devant les difficultés qu'Il a rencontrées. Il ne s'est pas rendu indifférent aux événements. L'Évangile nous dit qu'Il fut " étonné de l'incrédulité des gens de Nazareth " (Mc 6, 6). Il ne s'attendait donc pas à être si mal accueilli dans la synagogue de son village. Il en a certainement souffert. A fortiori a-t-il souffert de l'abandon de ses disciples au moment de sa Passion.
Attaché à sa croix, Il lance même vers son Père une douloureuse interrogation : " Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? ". Ne soyons donc jamais surpris ni culpabilisés d'être habités par des questions semblables, lorsque l'épreuve nous étreint.

 

2. Mon combat contre le mal ne doit jamais cesser

Sachant que Dieu n'aime pas voir souffrir ses enfants, le chrétien prend tous les moyens en son pouvoir pour éliminer ou diminuer sa douleur - et celle de ses frères. (...) Comment Dieu pourrait-Il vouloir notre souffrance ? Elle est tellement contraire au projet de bonheur qu'Il a sur chacun de nous !

La suite sur http://www.serviam.net/jmj/jmjcad.html

Extraits de l'Introduction : voir l'article

de la vie quotidienne, cliquez là (Libraire La Procure).
Article du site INXL6.org sur "Gagner le combat spirituel" du Père
Pierre Descouvemont : à lire ici.


Présentation de l'auteur :
"Le Guide des difficultés de la vie quotidienne" est l'ouvrage de L'Abbé Pierre Descouvemont, conseiller national des Équipes NotreDame, prêtre du diocèse de Cambrai, professeur de philosophie en classes terminales pendant plus de vingt-cinq ans, puis aumônier de jeunes.


Extrait :

CHAPITRE I : DIEU EXAGERE!!

Il y a des moments où nous avons vraiment l'impression que Dieu exagère : les difficultés s'amoncellent et nous ne pouvons pas nous empêcher de crier : " Trop, c'est trop, Seigneur ! Tu devrais T'arranger pour que les tuiles ne tombent pas toujours sur les mêmes. Je sais bien que les saints ont salué leurs croix comme des cadeaux de ta Main, mais, moi, je ne suis pas un saint ! Aujourd'hui, Seigneur, je n'en peux plus ! " (...)

Repost 0
Published by celibataire catholique - dans Livres
commenter cet article
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 07:00

Notre comportement est induit par l'estime de soi, l'importance que nous accordons ou non au regard de son entourage, aux réussites et aux échecs rencontrés dans sa vie... La facilité du repli du soi engendre nombre de difficultés dans la communication.
Comment faire la bonne rencontre qui débouchera sur une relation sérieuse et vraie quand on n'est plus dans l'écoute, quand on ne sait plus dire ses intentions, quand on interprète tout (et généralement de travers, cela va de soi), quand on est plongé dans la colère, l'orgueil, l'anxiété ou la tristesse?
Le Guide des difficultés de la vie quotidienne s'adresse à tous, mariés ou célibataires, laïques ou religieux. Vous y lirez des questions que vous vous posez (ou pas) et les réponses adaptées à votre situation. Le but est de progresser, et non pas de se contenter de résoudre un point conflictuel ou une difficulté que vous croyez passagère ou superficielle.
En réalité, le discernement est un long chemin vers la réussite de la rencontre et la construction du couple. Les bases d'un mariage heureux en somme. Tous les chapitres du Guide sont disponibles sur le site
SERVIAM. Bonne lecture!

Guide des difficultés
de la vie quotidienne, cliquez là (Libraire La Procure).
Article du site INXL6.org sur "Gagner le combat spirituel" du Père
Pierre Descouvemont : à lire ici.


Présentation de l'auteur :
"Le Guide des difficultés de la vie quotidienne" est l'ouvrage de L'Abbé Pierre Descouvemont, conseiller national des Équipes NotreDame, prêtre du diocèse de Cambrai, professeur de philosophie en classes terminales pendant plus de vingt-cinq ans, puis aumônier de jeunes.

INTRODUCTION

"Mon Père, quels remèdes me proposez-vous pour guérir de mon orgueil, de ma jalousie ou de mon impatience ? Vous savez que je retombe souvent dans ce péché et je voudrais m'en sortir. Ne pourriez-vous pas m'indiquer quelques conseils très pratiques pour m'aider à progresser ?"

Pour répondre à ces questions toutes simples qui m'ont souvent été adressées au cours d'un entretien spirituel, il m'est arrivé de rédiger une véritable ordonnance qui détaillait avec autant de précision que possible les pistes que l'intéressé devait suivre pour parvenir au but qu'il désirait atteindre.
Pour lui suggérer qu'il devrait reprendre sans cesse son effort, je me permettais même d'ajouter parfois au bas de la page : À renouveler tous les quinze jours !
Peu à peu, je me suis aperçu que, tout en étant très personnalisées, ces ordonnances se recoupaient sur plusieurs points. J'ai alors réalisé que certains conseils convenaient à tous ceux qui avaient des difficultés en tel ou tel domaine de la vie chrétienne.
J'ai même constaté que moines et moniales étaient heureux de s'entendre rappeler des principes que j'avais exposés quelques jours plus tôt à des couples ou à des célibataires. La chose est bien normale, car ce sont, en définitive, les mêmes vérités évangéliques qui permettent à un moine d'accepter certaines décisions de son Père Abbé, à un mari d'accepter certaines réflexions de son épouse... et réciproquement.

La suite sur http://www.serviam.net/jmj/jmjcad.html

Repost 0
Published by celibataire catholique - dans Livres
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 08:00

La pastorale familiale du diocèse d'Orléans propose une liste intéressante d'ouvrages pour approfondir sa foi, le sens donné au célibat, apprivoiser la solitude (pesante, c'est certain!) et neutraliser les doutes qui obscurcissent notre jugement. Car, en tant que chrétien, nous avons vocation à vivre ensemble, à fonder une famille chrétienne dans le sacrement du mariage. Un(e) célibataire chrétien(ne) n'a jamais souhaité être plongé dans l'absolu égoïsme du célibat... à ne pas y rester, à en sortir (non pas coûte que coûte) par un choix volontaire, celui d'aller à la rencontre de son promis ou de sa promise. Apprenez à faire connaissance, prenez le temps de vous connaître, de déterminer vos choix (même les plus anecdotiques) pour les partager ensemble. A ne jamais oublier, pour faire le bon choix, et ne pas se tromper.


Pastorale familiale du diocèse d'Orléans
A lire


La solitude douce amère
, par Pierre Tallec, Editions Bayard culture.

Vivre, à quoi ça sert ?, par Sœur Emmanuelle, Editions Flammarion.
Si j'écris ce livre, c'est pour faire partager la libération qu'apporte la pensée de Pascal pour proposer un chemin de sens.' Sœur Emmanuelle s'adresse à ses contemporains ‘poursuivis par le non-sens’' et en quête de libération spirituelle. A tous ceux-là, rencontrés après trente années passées aux côtés des plus pauvres, dans les bidonvilles du Caire, elle apporte ses réflexions, fruit de la confrontation de son expérience et de sa lecture de Pascal, son maître à penser. A l'aune des 'Pensées' du grand philosophe, elle propose en toute humilité un petit manuel pour 'mieux vivre’' sa condition d'Homme du XXIème siècle. Ce livre permettra à chacun, qu'il soit croyant ou non, de retrouver un chemin de paix et de joie qui apporte du sens à son existence.

Le célibat, Sources Vives, par différents auteurs, Editions Communauté de Jérusalem.
Interroger le célibat, cet état de vie qui peut être subi ou bien choisi. Le célibat peut-il être un chemin de bonheur et d'épanouissement ? Sur quoi peut-on fonder une vie célibataire ? Théologiens, pasteurs et... célibataires proposent dans ces quelques pages une réflexion ou des témoignages qui permettent de mettre en lumière le sens de cet état de vie ouvert, lui aussi, à l'amour et à la fécondité.

Apprivoiser son ombre, par le Père Jean Monbourquette, Québécois, psychologue et professeur
Comment unifier notre personne en nous assumant pleinement ?

La liberté intérieure, par le Père Jacques Philippe, Editions des Béatitudes.
Ecrit dans un style simple et concret ce livre aborde le thème de la liberté intérieure. (liberté et acceptation de soi, de l’autre, de la souffrance; liberté et instant présent; pauvreté et liberté; liberté et l'Esprit).

Le sourire de Jésus, par le Père Descouvremont, Editions des Béatitudes.
Cet ouvrage ne s'adresse pas spécifiquement aux célibataires

Le psychanalyste et le bibliste : La solitude, Dieu et nous, par Jacques Arènes, psychanalyste, enseignant, et le Père Pierre Gibert, jésuite, Editions Bayard.
La solitude nous concerne tous. Que dit la Bible de cette réalité souvent difficile et comment peut-elle nous aider à en faire l’apprentissage ? Les résonances sont multiples entre cette forte angoisse de notre culture et celle de l’homme biblique : solitude du désert, de l’accusé, du choix, des commencements, du secret. Solitude de Marie, du Christ, de la femme adultère, du jeune homme riche, d’Adam, d’Abraham, des prophètes …

Célibataires, Osez le mariage, par le Père Pascal Ide, Editions Saint-Paul.
La route qui conduit du célibat vers le mariage est répartie en huit étapes, progressives. Très concrètes, celles-ci conjuguent d’expériences et conseils pratiques.

Dieu ne m’a pas oublié, par Dominique de Monléon, Editions Saint-Paul.
Célibataire mariée tardivement et témoignant de ce temps d’attente que vivent les célibataires, les luttes comme les espoirs liés à un état de vie où le projet de Dieu tarde à se dévoiler.

Source : Pastorale familiale du diocèse d'Orléans

Repost 0
Published by celibataire catholique - dans Livres
commenter cet article
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 19:00
Une soirée-dédicaces du livre
d'Elizabeth Content, Bénédicte Lucereau et Valérie Mathieu 

Ces Amours qui n'avancent pas
aura lieu le mercredi 1er Juillet 2009
de 19 h à 22 h
à la Maisonde l'Emmanuel
19 rue de l'Abbé Grégoire - 75006 PARIS

L'aspiration au bonheur au travers d'une relation amoureuse et durable est partagée par tous. Et pourtant... que d'atermoiements, que d'obstacles rencontrés en chemin : se connaître, se découvrir, s'aimer, s'engager, se conjuguent souvent avec doute, angoisse, douleur.
Comment se réconcilier avec soi-même et trouver son identité propre ? Comment reconnaître et panser les blessures, familiales, relationnelles ou liées à la sexualité, qui nous fragilisent et nous paralysent au point de nous faire reculer devant l'engagement ?
Ce livre est conçu comme un parcours où le lecteur est invité à entrer peu à peu dans une meilleure connaissance de lui-même, de ses richesses et de ses fragilités, de manière à libérer ses capacités à se donner dans un amour sans réseve, source de bonheur.

Elizabeth Content, Bénédicte Lucereau et Valérie Mathieu, conseillères et thérapeutes conjugales et familiales, ont fondé le cabinet "Mots Croisés", qui accueille également des célibataires. Elles sont toutes les trois mariées et engagées depuis de nombreuses années dans l'accompagnement des personnes.

Cabinet Mots Croisés, 63-65, rue du Cherche-Midi, 75006 PARIS.

Bénédicte Lucereau est intervenue au pélerinage des célibataires de juin 2009, organisé par l'équipe de notre blog.
L'information nous a été transmise en
commentaire.
Repost 0
Published by celibataire catholique L - dans Livres
commenter cet article
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 07:00
L'Eglise et les divorcés, des pistes pour avancer

Depuis plus de quinze ans, le Père Guy de Lachaux, du diocèse d'Évry, s'engage pour améliorer l'accueil des personnes divorcées dans l'Église catholique. Son dernier livre en témoigne.

C’est un appel que le P. Guy de Lachaux lance à son Église. Appel que ce prêtre du diocèse d’Évry a mûri depuis plus de quinze ans en accompagnant des personnes séparées, divorcées, et divorcées remariées. Dans son dernier ouvrage, "Accueillir les divorcés. L’Évangile nous presse" (Éditions de l’Atelier), il invite les communautés chrétiennes à se laisser toucher par la souffrance de ceux qui traversent l’échec de leur couple.

«Le divorce pose des questions bien réelles, face auxquelles il est difficile d’accepter que les réponses actuelles soient vraiment conformes à la volonté du Christ, plaide-t-il. C’est pourquoi il faut être réaliste : les divorcés lancent un défi à l’Église.»

Ce prêtre l’avoue avec simplicité, il a appris la souffrance humaine auprès des divorcés. «J’ai honte aujourd’hui de le dire, je ne pensais pas que le divorce pouvait engendrer une telle douleur, reconnaît-il. Je crois même avoir rarement vu des gens autant souffrir.» Sans jeter la pierre à son Église, «qui a beaucoup progressé dans la prise en compte de cette question depuis une quinzaine d’années», il pointe la nécessité, l’urgence d’une mobilisation.

Dans l’Église, nous parlons beaucoup d’accueil et nous avons raison, souligne-t-il. Mais combien de fois ai-je reçu des personnes qui disaient avoir eu l’impression de se faire éconduire. Méconnaissance de leur situation, gêne, discours ambigu et variable selon les diocèses et les paroisses compliquent la chose… Partageant son expérience, le P. de Lachaux propose ici un parcours sous forme de fiches pratiques pour un accueil adapté. Chacune marque une étape dans un chemin de reconstruction : Exprimer sa souffrance et l’apprivoiser, Changer son regard, Se sentir coupable, Lâcher prise, Se découvrir autre, Pardonner, se pardonner…

"Voyage avec la douleur des gens"

Yves Lecorre, diacre chargé de l’accompagnement des personnes divorcées dans le diocèse de Nanterre (Hauts-de-Seine), rend hommage à ce travail patient. «Guy de Lachaux est un témoin privilégié de ce que vivent les divorcés, par le nombre de rencontres et la finesse d’analyse qu’il a de ce vécu, témoigne-t-il. En ce sens, il est différent de tous ceux qui, dans l’Église, n’ont pas encore fait ce voyage avec la douleur des gens.»

Médiateur familial de profession, ce diacre déplore que beaucoup de catholiques restent prisonniers de certaines images au sujet du divorce : «Certains ont le fantasme que le divorce est une gâterie que l’on s’offre quand on a envie de changer de partenaire. Ce que j’entends au contraire, dans mes consultations, c’est l’incroyable processus de remise en cause et de destruction que le divorce peut engendrer et la menace de destruction qu’il fait peser sur les personnes.»

Cette souffrance, Denis, 50 ans, l’a traversée. Après dix-huit ans de mariage, sa femme a demandé le divorce en 2002. Le couple s’est séparé l’année suivante. Il a alors entamé une lente reconstruction, avec l’aide d’un groupe relais Chrétiens divorcés et Cana-Espérance. Au long de ce parcours, il a rencontré Catherine, elle aussi divorcée, qui est devenue sa compagne.

«Le ciel m’est tombé sur la tête quand j’ai appris que je ne pourrais plus, selon les règles de l’Église, approcher des sacrements parce je vivais une nouvelle union, raconte-t-il. Pourtant j’ai beaucoup cheminé depuis mon divorce, je suis beaucoup plus croyant et pratiquant…» Cinq ans après son divorce, Denis cherche encore sa juste place dans la communauté chrétienne : «La miséricorde, je la trouve auprès de Dieu. Mais auprès de l’Église ce n’est pas toujours facile…»

Un cheminement vers la réintégration sacramentelle ?

L’incompréhension, parfois la révolte, devant les règles canoniques, Guy de Lachaux les a entendues. Dans son livre, il propose d’ouvrir la possibilité d’une réintégration sacramentelle des divorcés remariés. Pas de n’importe quelle manière, mais après un cheminement humain et spirituel au bout duquel ce prêtre pense que l’on pourrait prendre «acte qu’une nouvelle union ne peut pas incarner à vie une infidélité au sacrement de mariage et donc couper de tout acte sacramentel».

Dans le sillage de Mgr Armand Le Bourgeois et de Mgr Jean-Charles Thomas – qui a préfacé son ouvrage –, le P. de Lachaux plaide pour que la pratique de l’orthodoxie, qui n’a jamais été condamnée du côté catholique, soit examinée. Celle-ci prévoit, sous certaines conditions, la possibilité de bénir une deuxième voire une troisième union.

Christine et Guy Point, membres de la communauté Mission de France et animateurs de son atelier de réflexion sur les divorcés, réagissent positivement à ces propositions. Pour Guy, la situation actuelle, où l’on renvoie la personne divorcée et remariée à sa conscience éclairée pour décider si elle peut ou non approcher des sacrements, n’est «pas suffisante pour lever le poids de la culpabilisation». Christine ajoute : «Ce que nous voudrions, c’est que soit officialisé ce qui se fait aujourd’hui sous le manteau dans l’accueil des divorcés remariés.»

Sortir de la logique du tout ou rien

Pour Yves Lecorre, l’Église en viendra à de telles solutions, avec le temps. Mais la question demeure complexe : «Les évêques sont devant un paysage de plus en plus contrasté, en tension entre d’un côté ceux qui ne veulent rien bouger et de l’autre ceux qui célèbrent des quasi-remariages. J’admire le courage de Guy de Lachaux et sa lucidité. Il prend le risque d’aller de l’avant. Mais comment aider les évêques à faire l’unité et à exercer leur rôle de miséricorde, je ne vois pas très bien…»

Sortir de la logique du tout ou rien semble être le désir de nombreux chrétiens. Pour Yves Lecorre, la demande des divorcés remariés a d’ailleurs, elle aussi, évolué avec le temps. « ll y a une dizaine d’années, ils demandaient à l’Église de déclarer que leur premier mariage ne valait rien et que seul le second était le vrai. Aujourd’hui, ils lui disent : “J’ai été marié, c’est un échec douloureux, mais ne me fermez pas la porte à une présence dans le peuple chrétien par des règles que je ne comprends pas.”»

Ces propositions conduiront-elles à des débats, des échanges, voire à des changements ? Le P. Guy de Lachaux se veut confiant, optimiste même : «Les communautés chrétiennes sont beaucoup plus sensibilisées à ce sujet aujourd’hui, mais l’augmentation du nombre des divorcés rend pressante l’urgence de l’accueil.»

Et de rappeler que tous les synodes diocésains ont évoqué la question des divorcés et demandé que la position catholique soit revisitée. «Les choses bougent et dans le bon sens, conclut-il. Derrière la rigidité de façade de la hiérarchie, je sens chez les évêques une réflexion, un désir de trouver des solutions.»

Elodie MAUROT
La Croix, 12 avril 2008.

Sources : La Croix (France) et Spiritualité2000 (Canada)
Repost 0
Published by celibataire catholique V - dans Livres
commenter cet article
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 08:00
19 octobre 2008 : l'Eglise porte sur les autels Louis et Zélie Martin, deux époux chrétiens aujourd'hui béatifiés. Le pèlerinage des célibataires au Sacré-Coeur de Montmartre, à Paris,  est placé sour leur patronage. Ceci est une courte bibliographie sur leur vie, faite de joie et de partage. L'enseignement  est de comprendre le sens des épreuves, révélatrices de la force de notre foi. Bonne lecture !


Louis et Zélie Martin, les saints de l'ordinaire

Hélène Mongin, Ed. de l'Emmanuel, 2008.
Le 13 juillet 1858, Louis Martin épouse Zélie Guérin. Ils ne se connaissent que depuis trois mois mais ne doutent pas une seconde que ce mariage soit la volonté de Dieu. Pourtant, c’est vers le cloître que ces deux coeurs ardents avaient tendu dans leur jeunesse. Mais Dieu les appelait à une autre forme de sainteté. Ils eurent neuf enfants parmi lesquels figure la future Thérèse de l’Enfant Jésus. À ce titre, tout le monde les connaît. Mais qui sont-ils au juste, ces parents que leur fille jugeait « plus dignes du ciel que de la terre » ? Une biographie très vivante qui conte l’histoire de deux âmes. Leur existence est frappante de modernité. Au milieu des contraintes, des épreuves et des joies ordinaires de la vie de famille, ils nous montrent un chemin extraordinaire : celui d’une confiance et d’une amitié sans faille avec Dieu, toujours premier servi.


Zélie et Louis Martin, Les saints de l'escalier
Alice et Henri Quantin, Ed. du Cerf, 2004.
On connaît mal la vie des parents de Thérèse de Lisieux. Ils furent liés par un amour fou, passionnés par l'éducation de leurs cinq filles et bouleversés par la mort de quatre enfants. Leur existence est un témoignage d'une indéracinable et joyeuse espérance. Thérèse écrivait d'ailleurs : " Le bon Dieu m'a donné un père et une mère plus dignes du Ciel que de la terre. " Zélie et Louis Martin ont progressé dans la sainteté en traversant les étapes que rencontrent les couples modernes : ils se marient tard, sont soucieux de l'éducation de leurs enfants et terrassés par les maladies contemporaines : le cancer pour Zélie et une maladie psychiatrique pour Louis. Thérèse rêvait de rejoindre le Christ par l'ascenseur de l'amour. Zélie et Louis ont rallié le ciel plus lentement, dans l'effort, par l'escalier de service. A la fois grave et plein d'humour, rédigé par un couple d'aujourd'hui, ce livre réinvente l'art de l'hagiographie.


Correspondance familiale (1863-1885)
Zélie Martin, Louis Martin, Guy Gaucher, Carmel de Lisieux, Ed. du Cerf, 2004.
L'intérêt pour les parents de Thérèse de Lisieux ne cesse de croître en France et dans le monde. L'Église se prépare à les déclarer " bienheureux ", c'est-à-dire à les considérer comme des modèles pour les couples chrétiens. Dés lors, la correspondance de Zélie et Louis Martin devient le miroir de leur charité et de leur attachement indéfectible à Dieu. Les anthropologues se réjouissent du document de grande valeur sur l'histoire des mentalités que représente cette correspondance minutieuse d'une famille au temps de Madame Bovary. La partie la plus importante de cette édition intégrale est constituée des 218 lettres adressées par Zélie à sa famille installée à Alençon. Seulement 16 lettres de Louis Martin ont été retrouvées. Le lecteur découvre à travers cet ensemble exceptionnel la modernité des épreuves qu'a dû affronter le couple Martin : mariage tardif, angoisse pour l'avenir des enfants, soucis économiques, cancer du sein pour Zélie, maladie d'Alzheimer pour Louis. Mais s'y révèlent aussi l'amour fou d'un couple et la passion d'un père et d'une mère pour leurs enfants. " Le bon Dieu m'a donné un père et une mère plus dignes du Ciel que de la terre ", écrira Thérèse de Lisieux. L'introduction, les notes et la présentation du texte ont été réalisées par Guy Gaucher, évêque auxiliaire de Bayeux et de Lisieux, et les sceurs du Carmel de Lisieux.
Repost 0
Published by celibataire catholique V - dans Livres
commenter cet article
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 11:52
Le livre biblique du Cantique des Cantiques, réputé avoir été écrit par le sage roi Salomon, se présente comme un dialogue entre la bien-aimée et le bien-aimé (avec un choeur de jeunes filles en écho). Au-delà du premier degré de la vie d'un couple avec ses désirs, ses ratés, sa croissance, on peut aussi y voir une expression de la relation entre Dieu et les êtres humains. Voici ici un condensé poétique du long poème biblique en 8 chapitres...

…Toi que mon cœur aime, dis-moi

Où tu fais paître tes brebis,

Où tu les fais reposer à midi;

Car pourquoi aurais-je l'air de courir partout

Près des troupeaux de tes camarades?... 

Que tu es belle, mon amie, que tu es belle!

Tes yeux sont des colombes…

Comme un lis au milieu des épines,

Telle est ma bien-aimée parmi les jeunes filles. 

Comme un pommier au milieu des arbres de la forêt,

Tel est mon bien-aimé parmi les jeunes hommes.

J'ai désiré m'asseoir à son ombre,

Et son fruit est doux à mon palais…

L'étendard qui me protège, c'est son amour… 

Je suis malade d'amour.

Que sa main gauche soit sous ma tête,

Et que sa droite m'embrasse !... 

C'est la voix de mon bien-aimé !

Le voici, il vient,

Il bondit sur les monts,

Il saute sur les collines…

Le voilà dressé derrière notre mur,

Il guette aux fenêtres,

Il épie aux treillages.

Mon bien-aimé parle et me dit :

Lève-toi, mon amie, viens, ma belle !

Regarde, l'hiver est passé :

Le pluie a cessé, elle s'en est allée.

Les bourgeons paraissent sur la terre,

Le temps du rossignol est arrivé,

Et la voix de la tourterelle s'entend dans nos campagnes.

Le figuier forme ses premiers fruits,

Et les vignes en pousse donnent leur parfum.

Lève-toi, mon amie, viens, ma belle !

Ma colombe, nichée au creux des rochers,

Cachée dans la falaise,

Fais-moi voir ton visage,

Fais-moi entendre ta voix ;

Oui ta voix est douce, et ton visage est agréable…

Mon bien-aimé est à moi, et je suis à lui… 

Mets-moi comme un sceau sur ton cœur,

Comme un sceau sur ton bras ;

Oui l'amour est fort comme la mort,

La passion est inflexible comme le séjour des morts ;

Elle brûle comme un feu,

Elle tombe comme la foudre.

Les grandes eaux ne peuvent éteindre l'amour,

Et les fleuves ne le submergeraient pas ;

Quand un homme offrirait tous les biens de sa maison contre l'amour,

Il ne s'attirerait que le mépris.


Voir aussi:
(Cantique des Cantiques, traduction Louis Segond - info-bible.org)

(pour l'entendre + autres infos sur librivox.org)


Mon bien-aimé m'a parlé et m'a dit... alliance-de-mariage.over-blog.com/article-19608935.html

LE CANTIQUE des CANTIQUES (catégorie sur alliance-de-mariage)

Repost 0
Published by celibataire catholique L - dans Livres
commenter cet article
31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 17:33
Livre biblique de l'Ancien Testament (considéré comme non canonique par les juifs et les protestants, ou "deutérocanonique" et écrit au départ en grec), le livre de Tobie raconte, du début à la fin du livre (comme dans le livre de Jonas, on peut lire d'une traite), comment le jeune Tobie et la jeune Sara sont tous deux délivrés de leurs malheurs grâce notamment à l'ange Raphaël ayant pris forme humaine pour accompagner Tobie, ce qui amène aussi la joie pour leurs deux familles.

http://bible.catholique.org/livre-de-tobie/4133-chapitre-1
(possibilité ensuite de faire défiler les chapitres en bas de page)
Repost 0
Published by celibataire catholique L - dans Livres
commenter cet article
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 07:00
Trouvé par hasard, l'expérience qui est décrite conclut à ce petit conseil qui en vaut bien d'autres... Tenez un jounal. Parfois, écrire rompt une matrice dans laquelle nous nous enfermons en n'y prêtant pas attention. Les deux auteurs de l'ouvrage cité ne sont pas des psychologues chrétiens. Pour une approche spécifique à votre foi, un pèlerin du Sacré-Coeur de Montmartre nous recommande ce site Psychretien qui porte du fruit.

"On demande à des étudiants d’écrire pendant quinze minutes à propos de l’événement le plus douloureux de leur vie, et ce pendant quatre jours de suite.

(La plupart décrivent des souvenirs de décès d’un proche, maltraitance ou humiliations dans leur enfance, des conflits parentaux violents.) On demande à ceux d’un autre groupe d’écrire selon la même séquence, mais à propos d’événements de leur choix. A la sortie des séances d’écriture, les étudiants qui ont décrit des événements douloureux ont une humeur plus triste et une pression artérielle plus élevée que les autres, ce qui n’est pas surprenant. Mais, quatre mois plus tard, ils rapportent moins de problèmes de santé et ont moins consulté le médecin que ceux qui n’ont décrit que des événements anodins !

Cette première étude, aux résultats étonnants, a été suivie d’une dizaine d’autres qui ont confirmé l’effet positif de la narration par écrit d’événements douloureux et traumatiques, sur l’humeur, l’estime de soi, le comportement et la santé.

Les chercheurs discutent des mécanismes mis en jeu pour expliquer cette amélioration. Le mécanisme principal (qui est aussi à l’œuvre dans une thérapie) serait une réexposition prolongée (quinze minutes) à des souvenirs douloureux, mais avec un sentiment de maîtrise donné par l’écriture, une reformulation et une meilleure compréhension d’émotions et de souvenirs jusque-là activement évités et n’apparaissant que par "flashes". Beaucoup de participants déclarent s’être "mieux compris" ou "avoir évacué des émotions pénibles".

Nous tirons de cette masse de recherches un conseil : si vous voulez améliorer à la fois votre conscience émotionnelle et ne pas lutter contre trop d’émotions négatives, tenez votre journal (pas forcément quotidiennement).

Suivez le style de description des étudiants les plus améliorer par l’expérience : ils décrivaient à la fois les faits eux-mêmes, mais aussi les émotions que cela leur provoquait, et le lien entre les deux. Les étudiants qui ont utilisé le plus de termes émotionnels et le plus de "parce que" "puisque" "car" ont eu les effets à long terme les plus positifs."

Source : F. Lelord & C. André, "La Force des émotions : Amour, colère, joie", Editions Odile Jacob, collection Poches, 2003, p.364-365.
Repost 0
Published by Célibataire catholique V - dans Livres
commenter cet article
8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 07:00
Pour celles et ceux qui sont devenus célibataires après une séparation ou un divorce, l'ouvrage aborde le renouveau et la fortification de la Foi dans une période de vie où tout est à rebâtir sur des fondations solides. Bonne lecture...

"J'ai choisi de lui rester Fidèle"
Un homme divorcé témoigne
par Thierry Maucourt

Année : 2006
Editeur : Edifa
ISBN : 2914580843

Présentation de l'éditeur :

Voici le témoignage émouvant et sincère d'un époux divorcé qui a choisi le chemin du pardon et de la fidélité à son mariage. C'est avec une écriture très maîtrisée que l'auteur nous raconte son parcours : la douleur de la séparation, le vide, le désir de "refaire" sa vie et enfin, la plongée dans l'amour du Christ qui donne la grâce de pardonner et de rester fidèle. Thierry Maucour, père de quatre enfants, aujourd'hui grand-père, a subi de plein fouet la tempête de la séparation et du divorce après vingt et un ans de vie conjugale. Au cœur de cette épreuve, il témoigne de sa foi et de la grâce reçue pour rester fidèle à celle à laquelle il s'est uni pour la vie.

Source : http://www.librairiecatholique.com
Repost 0
Published by Célibataire catholique V. - dans Livres
commenter cet article

Présentation

  • : Célibataires chrétiens: en route vers le Mariage
  • Célibataires chrétiens: en route vers le Mariage
  • : Ce blog apporte du sens sur la question du célibat des chrétiens/chrétiennes qui ont vocation à se marier religieusement et à fonder une famille chrétienne. Le blog répertorie les sites, les documents, propose la découverte de témoignages vécus sur le célibat chrétien non-consacré et apporte son grain de sel (de la Terre) sur cette question ô combien délicate. Frères et Soeurs, nous sommes plusieurs à vivre ce chemin de Vie qui nous fait franchir les difficultés pour mener au bonheur.
  • Contact

Rechercher

Archives