Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 16:00

Trois sessions pour les chrétiens de Provence, ou tout ceux qui se rendent du côté d'Aix-en-Provence, pour assister à un enseignement concret sur la vie affective, sexuelle et familiale. La session porte sur un sujet majeur de notre vie de chrétien.

 

Ethique pratique : La vie affective

La Baume (Aix-en-Provence)

samedi 12 février 2011

 

La vie affective, sexuelle et familiale n'est pas étrangère à la vie spirituelle et à la Révélation chrétienne. En ce domaine où l'enseignement ecclésial est souvent controversé, ce cours se propose de discerner la paille et le grain dans la tradition pour dégager les axes essentiels de la proposition chrétienne concernant l'amour, le plaisir, le sens de la différence sexuelle et la conjugalité.

 

Trois samedis de 10h30 à 12h30 et de 14h à 18h

Xavier Lacroix, professeur à la Faculté de Théologie de Lyon 12 février et 2 avril 2011

François de Muizon, agrégé de philosophie 7 mai 2011

 

Informations et programme sur le site de La Baume.

Repost 0
Published by Equipe du blog - dans Célibat en vue du mariage
commenter cet article
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 08:00

Bientôt la rentrée, vous avez passé l'été à provoquer la chance pour faire la bonne rencontre. Le succès est au rendez-vous? Vous n'avez pas eu l'envie ni le désir de sortir de votre isolement sentimental? Les déceptions s'enchaînent? Dans tous les cas, persévérez : l'amour conjugal est au bout du chemin. L'important est d'avancer en puisant dans votre foi chrétienne.

Le meilleur moyen est de parler avec des gens qui vivent la même situation que vous. Un moyen complémentaire est de lire des ouvrages de référence pour y puiser les connaissances nécessaires pour concrétiser votre vocation au mariage.

Vivre l'amour conjugal, le faire naître dans une relation naissante, ce n'est pas toujours lelong fleuve tranquille que nous imaginons tous.

Des week-ends spi pour couples existent à chaque étape de la fondation de votre famille : dès avant la décision des fiançailles, durant les fiançailles, après le mariage, dans les moments sensibles de la vie familiale. Le discernement et le ressourcement sont lesconditions premières pour que votre mariage dure.

Pour les célibataires qui n'ont toujours rencontré leur âme soeur, ce livre est à lire de toute urgence!!!

 Grâce à cet ouvrage, vous vous familiariserez avec l'importance de votre place et rôle de conjoint, et la place à donner à votre conjoint. L'amour conjugal demande beaucoup d'efforts, le résultat dépasse les plus hautes espérances quand les repères sont sains et équilibrés. Célibataires aujourd'hui, vous serez époux et épouse demain. L'avenir se prépare aujourd'hui   Bonne lecture!

 

Lire aussi l'article "Amour et responsabilité"
Courte biographie de l'auteur à lire ici et un enseignement audio de Yves Semen à écouter sur Exultet
Le site officiel de l'auteur : laspiritualiteconjugale.com

 

 

 

Semen-Spi-conjugale-JPII.jpgPrésentation de l'éditeur
Le concile Vatican II affirmait que le mariage était une authentique vocation chrétienne capable de conduire les époux à la sainteté.
Et pourtant, même si certains mouvements ont ouvert des pistes remarquables, la spiritualité conjugale demeure aujourd'hui le parent pauvre de la spiritualité chrétienne.
Pourquoi ? Probablement parce qu'il lui manquait de pouvoir se construire sur une vraie théologie du mariage, ce qui la condamnait à demeurer au stade des intuitions.
Ce socle théologique a été donné par Jean-Paul II entre 1979 et 1984 dans ses catéchèses sur la théologie du corps qui renouvellent entièrement la pensée de l'Eglise sur le corps, la sexualité et le mariage. Vingt-cinq ans plus tard, et dans le prolongement de son ouvrage "La sexualité selon Jean-Paul II", Yves Semen brosse, dans ce premier essai de spiritualité conjugale, treize esquisses à partir de thèmes essentiels puisés dans la théologie du corps de Jean-Paul II :
  • la vocation au mariage
  • l'eucharistie, mystère nuptial 
  • grandeurs et humilité du mariage 
  • le pardon dans la vie conjugale 
  • les époux et le prêtre 
  • les épreuves et les joies du mariage 
  • les époux et la chasteté 
  • la sainteté à deux...
Même s'il est solidement référencé au plan théologique, ce livre est accessible à tous et illustré d'exemples puisés dans la vie quotidienne des époux.
 
Repost 0
Published by celibataire catholique - dans Célibat en vue du mariage
commenter cet article
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 07:00

Le pèlerinage des célibataires à Sainte-Anne d'Auray est historique : premier pélé à être créé en 1997 en réponse à l'homélie du Pape Jean-Paul II, prononcée l'année précédente durant sa visite au sanctuaire consacré à Sainte Anne. Deux sources officielles pour rendre compte de cet événement de grande ampleur  : l'article du Télégramme du 6 mai 2010 est à consulter ici et l'homélie de Monseigneur Centène est à lire ici.

 

Décryptage de l'homélie de Monseigneur Centène : les passages en gras soulignent à la fois les erreurs fréquentes et la voie à suivre.  Les passages en gras ET soulignés exigent une lecture attentive pour bien comprendre le message de l'évêque.

 

A vous de discerner ;) Attention pour l'amour d'amitié, l'évêque ne demande pas à ce que vous vous enfermiez dans l'amitié, il insiste sur l'expression admirable d'amour qu'est l'amitié entre un homme et une femme, dans le couple chrétien.

Oubliez l'amour passionné et le désir charnel comme actes fondateurs de votre couple, ce sont des sables mouvants. Ils ne résisteront pas au temps. Etre en couple n'est pas à considérer comme une finalité en soi.

Pour faire son choix entre la vocation consacrée ou la vocation au mariage, il faut bâtir de bons repères : toute la difficulté est là, surtout quand vous êtes "déboussolé"... et considérer les célibataires comme détenteurs d'une boussole qui indique la bonne direction, c'est mettre de côté que dans le couple, et ensuite dans la vie de famille, cette boussole est à conserver avec soi, dans la foi.

La dimension du partage, de la fraternité, est exprimée en filigranne tout au long de l'homélie. Et pourtant, ce n'est pas exprimé avec ces termes précis. Car, si les mots utilisés ne correspondent pas à votre langage, vous n'écoutez tout simplement pas.

 

 

LE TELEGRAMME

Sainte-Anne-d'Auray.230 célibataires chrétiens en pèlerinage
6 mai 2010

Chaque année, lors du 1er mai, se déroule le pèlerinage des célibataires chrétiens. Pour cette treizième édition, ils n'étaient pas moins de 230 à se retrouver au sanctuaire de Sainte-Anne-d'Auray. Des pèlerins qui viennent essentiellement du Grand Ouest, mais aussi de Marseille, Toulouse ou encore de la région parisienne. Différents temps de partage et d'enseignements se sont tenus avec Mgr Gourvès, ancien évêque de Vannes, Mgr Centène, évêque actuel, et Claire Lesegretain, journaliste à La Croix.

 

 

Logo-diocese-de-vannes.gif

 

Homélie de Mgr CENTENE le 2 mai 2010 lors du pélerinages des célibataires


« Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres ».

Frères et Sœurs, lors du dernier repas que Notre Seigneur prend avec ses disciples, à l’instant précis où commence Sa Passion, après que Judas fût sorti pour Le livrer, Il leur donne, Il nous donne un commandement nouveau. Dans notre société occidentale sécularisée où si souvent, hélas, la Foi est réduite à sa dimension horizontale, il est fréquent d’entendre que le grand commandement d’amour du Christ, le commandement des commandements est « Aimez-vous les uns les autres ». Un commandement nouveau, vraiment ? Le Livre du Lévitique, antérieur de plusieurs siècles à l’Incarnation du Fils de Dieu, nous livre déjà ce commandement : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lv 19,18). Où est la nouveauté ?

Mais le Christ ne dit pas seulement : « Aimez-vous les uns les autres » Il dit : « Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres ». Au  centre de la répétition : « Aimez-vous les uns les autres », il y a « Comme je vous ai aimés ». Il s’agit d’aimer, certes, mais - et voilà la grande nouveauté de Celui qui « fait toute chose nouvelle » - d’aimer COMME Lui nous as aimés.

Comment le Seigneur nous a-t-il aimés ? Il nous a aimés d’un amour comme il n’en existe pas de plus grand, il a donné Sa vie pour nous. « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ». Non seulement par Sa mort sur la Croix pour notre salut, mais par Sa vie toute entière, intégralement livrée. Et cet amour absolu, éternel, c’est Dieu lui-même. Non pas un attribut de Dieu, non pas une de ses qualités, mais Dieu lui-même, son être même, comme l’affirme si clairement saint Jean lorsqu’il dit « Dieu est amour ».
Deus Caritas Est, première encyclique de notre Saint-Père le Pape Benoît XVI. Mystère central de la Foi de l’Eglise, unique clé ouvrant la porte du sens de notre existence et du sens de toutes choses. C’est le compréhension de ce Mystère comme englobant tous les autres qui fait dire à saint Augustin : « Aime et fais ce que tu veux ».

Que d’erreurs ont été pensées, écrites, dites et propagées à partir de cette phrase ? Que d’erreurs sur la conception de ce qu’est l’amour. Car, en définitive, qu’est-ce qu’aimer ? Saint Thomas d’Aquin, sur les ailes de qui, comme l’enseigne le Pape Léon XIII dans son encyclique Aeterni Patris, « la raison, portée jusqu’au faîte de l’intelligence humaine, ne peut guère monter plus haut », saint Thomas d’Aquin a défini l’acte fondamental d’aimer de manière fort simple : « Aimer, c'est vouloir du bien à quelqu'un » (Somme théologique, Ia IIae, q. 26, art. 4).
Vouloir. Un acte de la volonté. Comme nous sommes loin de ces conceptions lénifiantes et hédonistes de l’amour glorifiant les affects, les passions, le sentimentalisme émotionnel, le rosasse sucré d’un monde dégoulinant de ces bonnes intentions dont on dit l’enfer est pavé !
L’amour n’est pas un sentiment duquel nous dépendrions, allant et venant au gré de nos humeurs passagères, mais bel et bien le choix libre d’un don de soi, d’un décentrement de soi en vue du bonheur de l’autre. Nous sommes créés à l’image et à la ressemblance de Dieu car nous sommes créés en vue de l’amour seul, l’amour de Dieu et l’amour du prochain.

Le Christ n’affirme pas autre chose dans l’Evangile: « Un scribe qui avait entendu la discussion, et remarqué que Jésus avait bien répondu, s’avança pour lui demander : « Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Mc 12,28-31).

Ainsi donc, Frères et Sœurs, il nous est commandé d’aimer, et d’aimer comme Jésus nous a aimés, par un don total de nos vies, c'est-à-dire d’être des saints. Rien de moins. Le projet de Dieu pour chacun de nous, qui lui appartenons par le baptême, est la sainteté.

La constitution dogmatique Lumen Gentium du 2ème concile du Vatican, reprenant la Tradition pérenne de l’Eglise, enseigne : « Il est donc bien évident pour tous que l'appel à la plénitude de la vie chrétienne et à la perfection de la charité s'adresse à tous ceux qui croient au Christ, quels que soient leur état ou leur rang » (LG 32).
« Quels que soient leur état ou leur rang ». La sainteté n’est pas réservée aux moines ou à quelques parfaits retirés du monde, mais commandée à TOUS les baptisés.

Pour parvenir à cette finalité ultime qu’est la sainteté, il existe de nombreux moyens. La prière, la vie sacramentelle, le service caritatif, mais aussi certains états de vie comme la vie consacrée dans le sacerdoce ou la vie religieuse et le mariage. Tous ces moyens sont bons et essentiels à la vie de l’Eglise mais ils restent ordonnés et subordonnés à leur fin, ils sont au service de la sanctification de chaque membre du Corps du Christ.

C’est pourquoi les personnes qui ne sont encore engagées ni dans la vie consacrée ni dans le mariage, n’en ont pas moins leur place pleine et entière dans la communion de l’Eglise et dans la société.

Il est néanmoins vrai que le célibat non choisi peut entraîner parfois des ressentis douloureux exprimant des besoins d’espérance et de fécondité.

Nous vivons, en effet, dans une société au sein de laquelle l’épanouissement personnel passerait nécessairement par de nombreuses « conquêtes » et une activité affective et sexuelle débordante sans laquelle il n’y aurait pas de bonheur possible. Combien de chrétiens eux-mêmes voient dans le célibat sacerdotal ou consacré une limitation insupportable ?

Nous vivons dans une société où l’oubli de Dieu et de la vie éternelle promise mène à absolutiser la vie en couple comme finalité ultime, laissant à ceux qui ne la vivent pas le goût amer d’un apparent échec et à ceux qui la vivent et ne peuvent qu’en voir les limites, le goût tout aussi amer d’un espoir d’absolu déçu.

Nous vivons dans une société où les valeurs appartenant au monde de l’enfance – spontanéité joyeuse, créativité ludique, immédiateté dans la satisfaction, absence de projet à long terme – sont survalorisées tandis que l’autorité, la transmission d’un savoir, le respect de la parole donnée et de la loi sont dénigrées. Aussi, avoir des enfants et vivre avec eux deviendrait donc nécessaire pour ne pas être « ringard ».

Nous vivons dans une société où la véritable amitié, construite dans la durée et la fidélité, a été remplacée par les relations fugaces et virtuelles – les réseaux sociaux comme « facebook » par exemple –  où il s’agit de collectionner le nombre maximal de pseudos-amis, à qui bien souvent nous ne parlons jamais. Dispersion et superficialité sont accentuées par la mobilité constante, les déménagements incessants dûs à l’évolution de la vie professionnelle.
Combien de couples aujourd’hui se sont engagés ou s’engagent tête baissée dans une aventure aussi exigeante que le mariage sans avoir pris conscience de la nécessité fondamentale du véritable amour comme don radical de soi-même qui ne peut être réalisé qu’en construisant sa maison sur le roc ?
Combien de demeures bâties sur les sables mouvants s’effondrent et s’enlisent laissant parents, enfants, familles entières détruites et désarmées pour avancer dans le pèlerinage de la vie sur Terre jusqu’au but final de la vie en Dieu?

Ici le célibat peut prendre sens comme temps de maturation personnelle, comme temps d’apprentissage patient des vertus nécessaires à une vie accomplie que sont prudence, tempérance, force et justice, dans un abandon réel et une recherche active de la volonté de Dieu. Ainsi, peut-on s’armer pour répondre véritablement et vivre fidèlement un engagement définitif dans la vie consacrée ou le mariage lorsque celui se présente plus clairement.

Ici le célibat peut prendre sens comme témoignage fécond de la plus belle forme d’amour qui soit : l’amour d’amitié.

Saint Thomas d’Aquin écrivait : « Notre vie humaine est faite pour nous exercer à avoir avec le plus d’êtres humains possibles l’amour d’amitié dont nous nous aimerons éternellement ». Ne nous y trompons pas, même au sein d’un couple c’est l’amitié entre les conjoints qui construit l’amour. C’est l’amitié qui cimente le lien conjugal et qui permet aux époux de traverser les tempêtes à travers lesquelles les passions sont purifiées. C’est l’amitié comme amour choisi, construit, bâti patiemment, dans la fidélité et la persévérance. Ainsi, le développement de réelles amitiés est un témoignage fécond pour tous, mariés ou célibataires.

Ici le célibat peut prendre sens comme témoignage de la recherche de sens. Le Révérend Père Jésuite Michel Bureau avait l’habitude de dire : « Les célibataires sont aux avant-postes de la recherche de sens ». En effet, dans un monde où l’on ne veut plus, ou l’on ne peut plus parfois se poser les questions existentielles fondamentales qui donnent la ligne directrice de toute une vie, gavés que nous sommes par le matérialisme consumériste, les personnes célibataires, par leur questionnement sur le sens de leur vie, permettent à d’autres de se recentrer sur l’essentiel.

Enfin, le célibat, pour un temps ou pour la vie, assumé comme une forme de pauvreté vécue à travers le vide qu’il peut laisser, est le témoignage assurément fécond de la capacité à se reconnaître pauvre et faible devant Dieu.

Encore une fois, notre société cherche à donner l’illusion de croire qu’elle peut se combler elle-même.

Encore une fois, il n’y a qu’à voir les échecs cuisants des modes de vie actuelle dans la décomposition familiale, le taux élevé des suicides et des dépressions pour comprendre qu’il n’en est rien. Seul Dieu comble. Mais pour accepter cela, encore faut-il prendre conscience, tous autant que nous sommes, de notre pauvreté.

Car comme pour saint Paul, c’est lorsque nous sommes faibles, qu’alors nous sommes forts. C’est lorsque nous reconnaissons et assumons notre faiblesse que nous pouvons alors laisser la force de Dieu agir en nous et nous rendre capables d’aller à Lui, de réaliser ce pour quoi nous sommes faits, de devenir ce que nous sommes.

Dès lors que les célibataires peuvent se reconnaître « pauvres de cœur », ils sont alors comme des boussoles rappelant que l’unique besoin des hommes, de tous les hommes quels qu’il soient, est Dieu, et que pour vivre pleinement cette Espérance, il faut nous aimer les uns les autres comme Notre Seigneur nous a aimés.
Alors, après être passés par bien des épreuves, nous verrons, comme Jean  un ciel nouveau et une terre nouvelle. Nous verrons descendre d’auprès de Dieu la Jérusalem nouvelle et Dieu lui-même sera avec nous. Il essuiera toute larme de nos yeux, et la mort n'existera plus ; et il n'y aura plus de pleurs, de cris, ni de tristesse. Amen !

 

+ Raymond CENTENE
Evêque de Vannes

Repost 0
Published by celibataire catholique - dans Célibat en vue du mariage
commenter cet article
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 07:00

En plein coeur de l'été, vous vous demandez où vous allez. Pour apprendre à aimer, il suffit d'écouter... les conférences du CLER ;) Bonne écoute!

RND cler_2009_12.jpg

Les Conférences du CLER 

"Gérer plaisir et désir sexuel", Conférences avec Olivier Florant, sexologue, conseiller conjugal et familial et auteur de "Ne gâchez pas votre plaisir, il est sacré".

"Aimer et durer : la longévité dans l'amour, ça s'organise !" - Conférences avec Olivier Florant, sexologue, conseiller conjugal et familial et auteur de "Ne gâchez pas votre plaisir, il est sacré".


 "Réussir sa vie de couple" par le Père Denis Sonet

Source : http://www.radionotredame.net/blogs/les_conferences_du_cler

Repost 0
Published by celibataire catholique - dans Célibat en vue du mariage
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 07:00

wedding_rings_jarno_vas1_svg_hi.pngNous citons un extrait de l'article paru sur Zenit.org en résumant les principaux points abordés vers un renouveau du mariage chrétien : version intégrale sur zenit.org

Dans son intervention lors du Congrès théologique et pastoral de la Sixième Rencontre Mondiale des Familles, qui a eu lieu au Mexique, le Père Raniero Cantalamessa souligne la beauté du mariage. Prédicateur de la Maison pontificale, il invite les chrétiens à approfondir et fortifier "l'idéal biblique du mariage et de la famille".

De son point de vue, la position défensive du mariage sacramentel est largement insuffisant. De la défense d'un sacrement auquel nous croyons, notre devoir est "de le redécouvrir et de le vivre en plénitude afin de le re-proposer au monde par des faits plus que par des paroles".

Le point qui doit retenir toute notre attention est que la signification sponsale du mariage est très présente dans la Bible. Une lecture attentive prend la mesure de l'importance de l'union devant Dieu de l'homme et de la femme pour fonder une famille, au-delà des conventions sociales : c'est la beauté de la vie qui est célébrée, la vie en famille qui est le pilier de la société humaine.

La vision institutionnelle du mariage n'est qu'un aspect mineur, car le mariage est à considérer d'abord comme l'union et le don entre les époux. « Le Concile Vatican II a fait sienne cette exigence lorsqu'il a reconnu comme bien premier du mariage l'amour mutuel et l'aide entre les époux ».

Il balaie du revers de la main un préjugé dévastateur sur le couple chrétien : « Même les couples croyants - parfois plus que les autres - ne réussissent pas à retrouver cette richesse de la signification initiale de l'union sexuelle à cause de l'idée de concupiscence et de péché originel associée à cet acte depuis des siècles ». Faut-il le rappeler? Le Cardinal Karol Wojtyla, plus tard devenu le Pape Jean-Paul II, a écrit un ouvrage sur la sexualité dans le mariage chrétien. Tout indique qu'il faut considérer le mariage sacramentel comme une union spirituelle et charnelle, en prévalant de la chasteté du couple : respect mutuel, estime réciproque, écoute et dialogue.

Le Père Cantalamessa, de l'ordre des Capucins, insiste sur la redécouverte de "l'union sexuelle comme image de l'amour de Dieu". "Deux personnes qui s'aiment (...) reproduisent un peu de ce qui se passe dans la Trinité", en prenant exemple sur l'amour entre un homme et une femme dans le mariage.

Dans la Bible, le message des prophètes revêt un sens particulier sur "le mariage humain, qui est le symbole et le reflet d'un autre amour, celui de Dieu pour son peuple". Pour s'unir, l'homme et la femme doivent rompre avec l'isolement , se libérer du joug (quelquefois invisible et souvent douloureux) de l'égoïsme, ouvrir leur coeur l'un à l'autre "et, à travers l'extase provisoire de l'union charnelle, de s'élever au désir de l'amour et de la joie sans fin".


Bien sûr, les paroles du Père Cantalamessa seront incompréhensibles en partie ou en totalité, même à des chrétiens pratiquant la foi. Un nécessaire approfondissement, une méditation régulière avec son accompagnateur spirituel, un partage de la foi dans les épreuves de la vie nous donnent des clefs pour comprendre ce message et se l'appliquer d'abord à soi-même. Des erreurs seront évitées pour choisir son conjoint en améliorant son discernement, en s'éloignant de ses inquiétudes même légitimes mais qui brouillent notre perception de nous-mêmes et de nos prochains.

L'encyclique Deus caritas a été bien accueillie dans le monde entier, certainement parce qu'elle "insiste sur cette vision de l'amour humain comme reflet de l'amour divin".

Le Père Cantalamessa conseille d'approfondir sa connaissance du mariage chrétien, de la fortifier, pour la traduire dans les actes  "en adoptant l'ancienne méthode paulinienne consistant à tout examiner et à ne garder que ce qui est bon". Combattre les théories opposées au mariage se révèle une perte de temps vaine et inutile. Quoi de plus imposant que de montrer des unions heureuses et épanouies dans la foi en Dieu?

En conclusion, le désir d'union de l'homme et de la femme pour fonder une famille, le "besoin de maternité et de paternité que Dieu a inscrit dans la nature humaine", voici ce qui doit occuper nos pensées. A partager dans vos longues discussions avec les gens que vous rencontrez.

Conseil du blog : comme toujours, oubliez votre liste d'exigences (il ou elle doit être comme ci ou comme ça. Intéressez-vous en premier lieu à ce qui fonde votre future famille sur le roc de la foi. Mieux vaut un époux ou une épouse fort(e) dans sa foi, que de le choisir sur les seuls critères matériels.


Source : http://www.zenit.org/article-19856?l=french, "Le Père Cantalamessa souligne la beauté du mariage", Intervention à la Rencontre mondiale des Familles, 14 janvier 2009.

Repost 0
Published by celibataire catholique - dans Célibat en vue du mariage
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 22:05

Info reçue ce jour et publié dans la foulée... Un bon pélé qui existe depuis plusieurs années. Les dates des prochains pélés figurent dans l'annonce. Des témoignages de pèlerins pourraient aider les hésitants à s'y inscrire ;) La vocation s'entend par le choix entre le célibat consacré (vocation sacerdotale, vocation religieuse) ou la vocation au mariage. Une prière pour nos prêtres : ils ont un agenda très chargé, la multiplication des vocations sacerdotales est à souhaiter. Ce que nous savons, c'est que beaucoup de prêtres ou de religieux (hommes et femmes) "craquent" au moment de prononcer leurs voeux définitifs, leur désir de paternité ou de maternité l'emporte. D'où le fameux "Priez pour nos prêtres, pour nos religieux et nos religieuses" qui correspond à une vraie demande de prière... ils ont eux aussi besoin de ce soutien spirituel qu'ils nous apportent bien volontiers quand nous le leur sollicitons. Bon pèlerinage!

 

 

Thème des marches 2010:
"Pour la mission et la sanctification de nos Prêtres"

 

Dimanche 25 avril 2010
125ème Marche pèlerinage
de Notre-Dame de Fourvière Vers la Basilique d'Ars
 
Tous les Derniers dimanche du Mois sur les Pas du Saint Curé d'Ars


Départ 7h FOURVIERE (69-LYON)
 
Inscriptions : 06 06 99 60 60
Site "Sur les Pas des Saints" : http://spslyon.site.voila.fr
 
07h Fourvière:
Départ au pied de Notre-Dame du Bon Conseil
Que la Sainte Vierge vous guide dans vos choix
et orientations de vie au quotidien

(ajout du blog : modèle des mères de famille)
 
11h Luzin Mont:
Prière auprès de La Fontaine Saint-Joseph
Modèle et guide des pères de famille
 
17h Ars:
Prière Auprès de la châsse de Saint Jean-Marie VIANNEY
Modèle et guide des Prêtres
 
Alors ta vocation c' est ... ?
 
******************
Tous les derniers dimanche du mois, l 'association organise une marche Sur les Pas du Saint Curé d'Ars.  Sur la route, chacun est inviter à marcher selon sa sensibilité, chanter, prier seul ou en commun, méditer en silence ... A chacun son style! Que vous soyez catholique non, vous êtes les bienvenus ! Les fruits qui en ressortiront, part vos pas, sont dans les mains de Dieu ...


Les dates des marches à venir  :
- Dimanche 30 mai 2010
- Dimanche 27 juin 2010
- Dimanche 25 Juillet 2010
- Dimanche 29 août 2010
- Dimanche 26 septembre 2010
- Dimanche 31 octobre 2010
- Dimanche 28 Novembre 2010
- Dimanche 26 Décembre 2010
 

Sites des organisateurs des pèlerinages :

http://spslyon.site.voila.fr : Marches mensuelles pour les vocations sacerdotales et religieuses  - mais aussi pour fonder de saints foyers chrétiens
http://surlespasdessaints.over-blog.com : Blog sur la vie des Saints, prières pour les Vocations et pour la France
Prières pour les vocations : http://surlespasdessaints.over-blog.com/0-categorie-10388606.html

Repost 0
Published by celibataire catholique - dans Célibat en vue du mariage
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 07:00

Vu sur le site chrétien d'aide psychologique : dans le forum "Des sites de rencontres pour les célibataires chrétiens", une citation de l'ouvrage "Vivre heureux en couple", chapitre huit (p.116 à 120) intitulé "Divorce, remariage, familles recomposées". Version intégrale du chapitre, cliquez ici.

A lire avec discernement, puisque nous ne "collons" pas trait pour trait à toutes les situations décrites. Dans le résumé figurent les passages importants pour se libérer des boulets que nous traînons parfois àux pieds, de manière consciente ou inconsciente, visible ou invisible. Dieu connaît nos coeurs. Bonne lecture!



CHAPITRE 8 : DIVORCES, REMARIAGES, FAMILLES RECOMPOSEES 

(...) Parce que personne n’aime la souffrance, la tentation est grande d’essayer d’éviter celle-ci, de faire l’économie de ce travail sur soi, par exemple en s’étourdissant d’activités, en refoulant la douleur, en abusant des tranquillisants, d’alcool ou de nourriture.

(remariage après divorce, ce qui suit est valable aussi pour le mariage hâtif, en premières ou secondes noces)
(...) on n’a pas pris assez de temps pour réfléchir ; on est très replié sur sa propre douleur, au point d’oublier de satisfaire les besoins de l’autre, et la relation est trop déséquilibrée pour durer (on reçoit sans donner) ; on se sert en fait de la nouvelle personne rencontrée pour combler ses besoins affectifs et sexuels immédiats, ou pour revaloriser son ego, retrouver confiance en soi.

C’est le cas par exemple de ceux qui ont quitté leur famille, las de subir l’autorité parentale et qui se marient en croyant s’en libérer.

Mais le mariage se révèle une autre prison. Alors ils divorcent, à nouveau pour être libres et se retrouvent prisonniers de leur solitude. Ils se remarient, pour ne plus être seuls, etc. Ces personnes ne sont pas libres en elles-mêmes, elles ne sont pas autonomes et attendent tout d’une autre personne. Elles peuvent se remettre plusieurs fois en couple, sans jamais parvenir à la liberté et l’autonomie qui ne se trouvent qu’en soi-même et que Dieu donne.

Les cinq étapes de déni, colère, marchandage, dépression et acceptation ne sont pas nettement différenciées mais s’interpénètrent et on peut en traverser deux ou trois en même temps. Elles ne sont pas forcément vécues par chacun dans cet ordre chronologique, cependant elles se retrouvent toujours.

Enfin, le fait d’être passé par l’une des étapes n’implique pas que l’on n’y revient pas une ou plusieurs autres fois, avant de la dépasser définitivement. La croissance n’étant pas un processus linéaire, mais plutôt en spirale, il se peut que l’on doive passer plusieurs fois aux mêmes points à des niveaux différents, même une fois remarié. (...)


ANALYSER LES CAUSES DE L’ECHEC DE SON COUPLE

D’après les statistiques, de toutes façons, les chances de succès d’un remariage semblent nettement meilleures que celles d’un premier mariage.

Les remariés divorcent moins que les couples mariés pour la première fois. Cela s’explique peut-être par l’abaissement du niveau des attentes de la personne qui refait sa vie. Elle montre plus de tolérance dans les situations qui la contrarient. Elle est plus sage, plus prudente, parce qu’elle a déjà vécu les joies et les difficultés de la vie à deux. Elle sait mieux adopter les attitudes nécessaires pour éviter un nouvel échec.

Bien des gens qui créent un nouveau foyer le font après mûre réflexion ; sachant que la précipitation est mauvaise conseillère, ils savent tirer les leçons de leur précédent échec.

Repost 0
Published by celibataire catholique - dans Célibat en vue du mariage
commenter cet article
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 07:00

Top Chrétien, site évangélique très actif dans tous les domaines, pose la question d'un site de rencontres pour chrétiens. Des sites existent déjà, des mariages ont eu lieu grâce à eux, des rencontres décevantes aussi... L'article du pasteur nous a touché, son souhait que les célibataires vivent le même bonheur du mariage est vrai.

Que dire? L'important n'est pas les moyens de la rencontre, c'est d'être d'abord disponible dans son esprit et dans son coeur.

Laissez tomber vos peurs, vos soucis, appréciez le moment de la discussion, le temps du partage, mettez en commun vos goûts personnels, découvrez les différences, promettez-vous de vous revoir et tenez votre promesse.

Oubliez le plaisir, la compensation des moments difficiles, cela vous égarera dans une impasse.

Parlez de vos blessures, ne les cachez pas, mais ne les laissez pas prendre toute la place.

Dites ce que vous souhaitez construire, il ou elle ne lit pas dans vos pensées à chaque instant.

N'attendez pas un signe de la Providence, elle est assez facétieuse pour ne pas se montrer quand vous le souhaitez et provoquez en vous le libre arbitre. Si vous restez passif, il ne se produira rien.

Fuyez votre "liste des cases à cocher dans la colonne des + ou des -". Un des commentaires suggère de provoquer des situations de crise pour tester les réactions de son interlocutrice! quel manque de confiance et une vie invivable pour sa future compagne à la mettre en situation tout le temps, au lieu de faire sa connaissance.

Des commentaires très intéressants à lire sur des rencontres heureuses qui ont abouti au mariage et à fonder une famille chrétienne. Un point commun : ils ont demandé à Dieu que la rencontre ait lieu, avec confiance et foi. Cela s'est produit quelques jours après la prière, voire une année après! Patience, sagesse et discernement vous guideront, n'attendez pas qu'un miracle se produise, soyez acteur de votre miracle. Bonne lecture!



Le Top pourrait-il favoriser les mariages entre célibataires chrétiens ?
Par Eric.

Je sais en posant cette question que je vais susciter quelques réactions très différentes. Mais mon but n'est pas de créer une polémique et encore moins des disputes entre nous, mais d'aborder la question avec compréhension. Je pense qu'il y a pour certains une vraie souffrance, et je veux non seulement compatir mais aussi aider du mieux que je peux.

Je n'ai pas non plus derrière la tête le projet de créer un "meetic chrétien". Il existe déjà plusieurs sites de rencontres entre chrétiens mais je ne sais pas s'ils fonctionnent bien ou s'ils sont efficaces. En fait, j'ai un réel souci, voire même un fardeau, pour les célibataires chrétiens. J'ai le privilège d'être marié avec une épouse merveilleuse et d'avoir 3 enfants supers. Et j'aimerais que beaucoup d'autres puissent avoir ce privilège de construire un foyer et une famille dans les valeurs de l'Évangile.

Je suis triste quand je vois des célibataires qui vieillissent sans être mariés, et qui pleurent à cause de cela. Certains sont vraiment supers, et je me dis que ce qui leur manque, c'est peut être juste de sortir de leur environnement, parfois un peu clos, et d'avoir la possibilité d'être connectés avec d'autres célibataires. Or qui dit connexion avec d'autres peut vouloir dire Internet!

Je sais que nous pouvons répondre de façon TTS (Très Très Spirituelle) que c'est l'affaire de Dieu, et qu'ils n'ont qu'à prier, et que Dieu va les bénir et leur permettre de rencontrer l'âme sœur. Ce n'est pas faux, mais ça ne se passe pas non plus toujours comme cela! Je crois qu'il y a toujours la part de Dieu, mais il y a aussi notre part. Nous pouvons aussi répondre de façon TTM (Très Très Malhonnête) qu'Internet est horrible, et qu'il ne faut pas utiliser les méthodes du monde. Moi je crois qu'Internet est comme un couteau (Suisse): on peut s'en servir pour le bien ou pour le mal, tout dépend du but que l'on poursuit. D'ailleurs, j'aimerais avoir des témoignages de chrétiens qui sont aujourd'hui mariés, et qui se sont rencontrés par Internet. Cela nous aiderait dans notre compréhension.

Alors que pouvons-nous faire? Comment pourrions-nous aider les célibataires au travers du Top Chrétien? Avez-vous des idées? Que recommanderiez-vous à un(e) célibataire qui attend dans son église et qui aimerait se marier? Merci pour votre participation. Ensemble faisons bouger les choses!

Source : Top chrétien

Repost 0
Published by celibataire catholique - dans Célibat en vue du mariage
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 08:00
Ptite part nous a fait un jour un beau commentaire, nous avons découvert son blog en lisant son article sur le célibat. Le livre de Sirach est source de méditation : le chapitre 2 évoque la fortification de la foi pour considérer les épreuves comme une mise en lumière de notre fidélité à Dieu. Chacun ou chacune aura sa lecture personnelle du Livre de Sirach, il est pertinent à chaque étape du célibat. Une résonnance prompte à nous indiquer le bon chemin, à rester droits dans nos coeurs, à nous armer de courage, à ne pas prendre peur au moment de l'épreuve (Sirach 2, 2) : notre confiance dans le Seigneur doit être le roc de notre vie. A découvrir, à lire et à partager. Bonne lecture !

Jeudi 9 juillet 2009
célibat

Il y a quelques années, je me suis retrouvée chez des amis aux Etats Unis... l'avant veille de mon anniversaire...

C'est une famille de religion protestante, de l'église Harambee Church ; la maman devait s'occuper de rassembler des témoignages de personnes célibataires, sur leur vie, pour la journée de réflexion organisée dans leur église le dimanche suivant...  Elle m'a demandé d'esssayer d'expliquer comment moi, française et catholique, je vivais ma foi et mon célibat... Rude exercice, de partage avec d'autres à la foi "différente" et en même temps si proche de la mienne... comme un bilan aussi, que l'on me demandait-là, marqué particulièrement par cette date anniversaire...

Le plus joli clin d'oeil a été mon choix du texte du livre de Sirach : c'est celui qui m'est venu spontanément à l'esprit, or, je l'ignorais, mais ce livre ne fait pas partie de la bible protestante...Ce fut une belle découverte pour eux, et un beau sujet d'échanges :-)

C'est quelques fois difficile, voire douloureux, de parler de sa vie de célibat, surtout si on ne l'a pas réellement choisie...

Certains pièges nous guettent particulièrement : n'ayant pas beaucoup d'obligations extérieures, on peut très facilement se complaire dans la paresse, ou des activités et plaisirs vains. On peut devenir égocentrique, et « profiter » de la vie de façon complètement égoïste…

On peut aussi devenir envieux ou jaloux...

Mais surtout, il y a des moments où l'on peut ressentir une grande détresse, un intense sentiment de solitude, de la panique - même - en pensant au futur et à notre vieillesse...

On peut avoir une impression d'inutilité, d'échec devant le fait de ne pas pouvoir partager et construire, avec une personne d'élection, quelque chose de beau et de droit sous le regard de Dieu.

« Les voies du Seigneur sont impénétrables », mais si l'on est convaincu de son amour, alors on doit réaliser deux choses : d'une part, que le Seigneur ne veut que notre bonheur dans Sa plénitude, et que d'autre part, on ne peut oublier le Seigneur, on ne peut pas le laisser « en plan ».

A nous aussi il a donné la vie. Nous aussi, célibataires, nous avons pour mission de participer, d'une manière ou d'une autre, à l'avènement du Royaume de Dieu.

On doit donc résister aux tentations, à la peur, au désespoir, dans l'espérance. On doit « avancer », même si, seul, cela semble plus difficile.

Le Seigneur nous demande beaucoup. Il éprouve notre foi, mais il nous donne aussi des grâces toutes particulières, pour peu qu'on apprenne à les reconnaître, et qu'on les recherche.

Il nous donne, en particulier, beaucoup de temps, du temps et de la disponibilité :
du temps pour étudier et le connaître mieux,
du temps pour se recueillir, contempler, le prier, l'adorer,
du temps pour se connaître soi-même, et se préparer pour une éventuelle rencontre avec celui ou celle avec qui l'on pourrait construire une famille,
du temps pour rencontrer et aider les autres, et multiplier les amitiés,
du temps pour voyager et découvrir les merveilles de la terre,
du temps - non pas pour se résigner au célibat - mais pour l'accepter avec toute notre volonté, et pour vivre ce célibat le plus pleinement possible et dans la joie,
et même, pour certains, du temps pour choisir de manière décisive le célibat,

Tout ce temps nous est donné pour mieux aimer le Seigneur.

Etre célibataire peut être la pire des choses si on oublie le Seigneur, mais si l'on s'en remet à lui, alors il peut nous donner la grâce de pouvoir le servir d'une manière toute particulière et privilégiée, et de vivre une vie « simple, belle et droite » - avec des moments douloureux, comme tout un chacun en connaît ici bas, mais aussi plein de joies et d'amour.

"Compte sur Yahvé et agis bien,
Habite la terre et vis tranquille,
Mets en Yahvé ta réjouissance :
Il t'accordera plus que les désirs de ton Coeur."
Psaumes 36, 3-4.

Nous n'avons qu'un chemin, c'est de Le suivre en toute confiance, de toujours revenir vers Lui avec constance, de travailler à toutes les possibilités qui s'offrent à nous d'aimer et de vivre en vérité, même si nos vies semblent moins complètes en comparaison de la vie d'époux et de parents. Nous sommes co-responsables les uns des autres : Il peut nous donner des familles de cœur, une paternité ou une maternité spirituelle...

Même si nous savons que nous comptons pour le Seigneur, et que le Seigneur compte sur nous, quelques fois, nous doutons, nous échouons, nous désespérons... : offrons au Seigneur, avec constance, nos peines et nos joies, nos déceptions et nos succès, nos rencontres et nos surcroîts de grâce. Cherchons tous les jours à grandir, à apprendre, à servir, à nous émerveiller, à être dans l'humilité et l'espérance. Cherchons tous les jours à Le remercier, et à aimer.

Essayons d'être le « sel de la terre » comme Il nous l'a demandé. (cf. Matthieu 5, 1, ou Marc 9, 50).

Livre de Sirach (ou L'Ecclésiastique) 2, 1 à 11 :
"Mon fils, si tu prétends servir le Seigneur, prépare-toi à l'épreuve.
Fais-toi un coeur droit, arme-toi de courage, ne te laisse pas entraîner, au temps de l'adversité.
Attache-toi à lui, ne t'éloigne pas, afin d'être exalté à ton dernier jour.  
Tout ce qui t'advient, accepte-le et, dans les vicissitudes de ta pauvre condition, montre-toi patient,
car l'or est éprouvé dans le feu, et les élus dans la fournaise de l'humiliation.
Mets en Dieu ta confiance et il te viendra en aide, suis droit ton chemin et espère en lui.
Vous qui craignez le Seigneur, comptez sur sa miséricorde, ne vous écartez pas de peur de tomber.
Vous qui craignez le Seigneur, ayez confiance en lui, et votre récompense ne saurait faillir.
Vous qui craignez le Seigneur, espérez ses bienfaits, la joie éternelle et la miséricorde.
Considérez les générations passées et voyez : qui donc, confiant dans le Seigneur, a été confondu ? ou qui, persévérant dans sa crainte, a été abandonné ?
Car le Seigneur est compatissant et miséricordieux, il remet les péchés et sauve au jour de la détresse."

Source : http://ptitepart.over-blog.com/article-33649100.html
Repost 0
Published by celibataire catholique - dans Célibat en vue du mariage
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 08:00

Top Chrétien, un site protestant évangélique très prolifique... Trente-sept sites satellitaires, tous bien conçus dans la navigation et le graphisme, proposent du contenu pour tous les âges et presque toutes les situations. Voici quelques-uns de ces sites qui sont pour les célibataires ou qui invitent à partager sa foi dans la communauté chrétienne. Bonne visite !

DesPasDansleSable.org
site de ressources pour célibataires chrétiens. Nous proposons des chroniques, des activités, une section membre avec photos, Tchat, forum...

El Shaddai - Ton tchat chrétien
portail chrétien d'échange et de discussion entre chrétiens du monde entier. Plusieurs services vous sont proposés : tchat, forum, blog perso, groupes d'échange, partage de vidéos et de photos

Iktoos.com
1er site de rencontre chrétien en Europe, traduit en 7 langues (français, espagnol, anglais, italien, allemand, hollandais, portugais). Messagerie, tchat, photos. Découvrez gratuitement l'ensemble des profils...

Univers Chrétien
Le site de "Univers Chrétiens" s'adresse à tous ceux qui ont le Christ au centre de leur vie et qui veulent s'unir en bâtissant des blogs, des groupe, des forums sur des valeurs profondément chrétiennes

Repost 0
Published by celibataire catholique - dans Célibat en vue du mariage
commenter cet article

Présentation

  • : Célibataires chrétiens: en route vers le Mariage
  • Célibataires chrétiens: en route vers le Mariage
  • : Ce blog apporte du sens sur la question du célibat des chrétiens/chrétiennes qui ont vocation à se marier religieusement et à fonder une famille chrétienne. Le blog répertorie les sites, les documents, propose la découverte de témoignages vécus sur le célibat chrétien non-consacré et apporte son grain de sel (de la Terre) sur cette question ô combien délicate. Frères et Soeurs, nous sommes plusieurs à vivre ce chemin de Vie qui nous fait franchir les difficultés pour mener au bonheur.
  • Contact

Rechercher

Archives