Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 10:00
Le thème "La victoire de l'Amour" du 5e pèlerinage des célibataires au Sacré-Coeur de Montmartre est inspiré par l'homélie du Père Marie-Joseph le Guillou o.p. Bonne lecture!

Dimanche des Rameaux

Isaïe 50, 4-7
Philippiens 2, 6-11
Matthieu 26, 14-27, 66


La passion de Notre Seigneur Jésus Christ


Nous venons de lire la passion du Christ selon saint Matthieu. Peut-être certains d‘entre vous se demandent : pourquoi l’Eglise reprend inlassablement ce récit chaque année ? Il n’ y a qu’une réponse : c’est l’amour qui lui fait reprendre ces textes. Car si on aime, on a besoin de revoir le visage de celui qu’on aime et l’Eglise n’a qu’un souci : revoir le visage de son Seigneur.

Ce texte ne dit qu’une seule chose : l’amour, l’amour de Dieu manifesté pour nous dans son Fils. L’amour de Dieu va exploser dans le monde et va recréer un monde d’hommes et de saints livrés à Dieu. Ces hommes vivront de la charité du Christ, manifesteront son amour et seront pour leurs frères le témoignage de Dieu.

C’est l’amour ! L’amour explique tout dans ce texte, l’amour prend toutes les formes au cours de la Passion, de la mort et de la résurrection du Christ.

Vous remarquerez que l’amour souligné dans le texte de saint Matthieu est un amour trahi, un amour blessé, un amour bafoué, un amour méprisé. C’est un amour qui va jusqu’à la mort et qui se donne tout entier.

L’amour du Christ est un amour trahi et trahi par nous, non pas par les autres mais par chacun d’entre nous !  C’est cela l’amour. Il faut découvrir le Christ trahi par les siens, trahi par celui qu’il aime le plus, Pierre qu’il va placer à la tête de son Eglise. Trahi et livré. Livré par l’un des douze, Judas. Livré aux païens, ce qui est la pire des choses qui puisse arriver à un juif. C’est cela que connaîtra le Christ.

Un amour qui est toute miséricorde, toute compréhension. Jésus Christ n’a pas le moindre geste d’accusation. Il entre dans le mystère de son Père pour sauver le monde. Et si Jésus est livré, c’est parce qu’il accepte par amour. Tout le texte de Matthieu est en effet placé sous le signe de la liberté: c'est librement que le Christ accepte cela.

C’est un amour bafoué. Le texte du serviteur souffrant le dit bien. Il livre son dos pour être flagellé, il livre ses joues pour être giflé. On le trahit de partout. On le méconnaît de partout. On le traite de roi, mais de roi moqué, de roi humilié, on lui met le manteau rouge des rois, mais c’est de la moquerie. Tout est moquerie dans la mort du Christ. Tout est moquerie jusqu’au dernier moment, jusqu’au denier instant. C’est une moquerie invraisemblable. Il y a une progression dans la moquerie. Tous les passants, tous la foule, tous les chefs des prêtres et les pharisiens se moquent : « Il en a sauvé d’autres, et il ne peut pas se sauver lui-même ! C’est le roi d’Israël : qu’il descende maintenant de la croix et nous croirons en lui ! Il a mis sa confiance en Dieu : que Dieu le délivre maintenant, s’il l’aime car il a dit : Je suis Fils de Dieu ».

La passion déploie le mystère du Christ, abandonné de tous qui crie : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? ». Un abandon. Un abandon confiant. Le Christ sait qu’il annoncera dans la grande assemblée son nom au peuple de Dieu et qu’il le recréera dans sa mort et sa résurrection. Mais tout cela dans un amour crucifié. C’est la croix dans toute son horreur. Un amour qui va jusqu’au bout ! Si l’Eglise lit ces textes, c’est pour que nous mesurions à quel prix d’amour nous avons été sauvés et à quel point nous avons à entrer dans le mystère du Christ.

Le texte de Paul nous dit : « Il s’est dépouillé devenant l’image même du serviteur et se faisant semblable aux hommes. On reconnaissait en lui un homme comme les autres. Il s’est abaissé et dans son obéissance, il est allé jusqu’à la mort et la mort sur une croix ». L’amour implique toujours l’humiliation. Dans notre monde brisé et broyé, dans notre monde pécheur, l’amour a besoin, si je puis dire, de cette trahison pour se manifester dans cette plénitude. Il a besoin de se manifester dans tout ce qu’il est : un amour qui se met aux pieds de ses frères. Nous avons besoin de cet amour et nous avons besoin, en cette fête des Rameaux, de demander au Seigneur de découvrir l’amour. Cela n’est pas facile, c’est même la chose la plus difficile qui soit. Découvrir le véritable amour, l’amour qui se livre comme le Christ se livre, un amour dépassant tout ce qu’on peut imaginer. Un amour de don, don de l’amour du Père. Il n’y a rien d’autre.

Si vous regarder la croix, il n’ y a rien d’autres que l’amour crucifié et d’autant plus éclatant ! Nous devons méditer tout cela avec Marie. Si l’Eglise nous fait relire les mêmes textes chaque année, c’est pour qu’à l’image de Marie nous puissions méditer toutes ces choses dans nos cœurs. Nous devons ruminer la Passion, la ruminer dans le fond de notre cœur. Il faut ruminer l’amour insolite, extraordinaire et extravagant, fou, l’amour de Dieu pour tous les hommes. Nous devons découvrir un amour comme il n’en est pas. Si vous n’avez  pas rencontré le Christ, essayer de le regarder, regardez son visage, regardez ses larmes, regardez ce manque de stoïcisme ! Ce n’est pas lui qui a dit qu’il ne souffrait pas, c’est autrement sérieux que toutes les petites théories que l’on peut faire sur la croix du Christ. Il le sait bien : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux ».

Un amour véritable !

Je voudrais que vous aimiez ! Que vous aimiez jusqu’à cela vous bouleverse jusqu’au plus profond de votre être ! Que vous aimiez comme le Seigneur aime car on ne peut répondre à l’amour du Seigneur que par son amour qu’il nous donne par son Saint Esprit.

Ensemble dans l’Eucharistie, nous lui demanderons d’aimer vraiment, avec cet oubli de soi, avec cet abaissement du Christ - l’amour ne va jamais sans abaissement ! – avec cette compréhension infinie de l’autre, cette compassion de notre malheur, cette ouverture à notre pauvreté, à notre misère.

Demandons au Seigneur d’être des hommes de foi, des hommes qui croient dans le mystère de Dieu, qui croient dans le mystère du Christ, qui croient dans le mystère de l’Esprit. C’est assez original, c’est même extraordinaire. Il n’ y a rien de plus extraordinaire que cela. Dieu nous aime ! L’aimons-nous ? Lui répondons-nous de tout notre cœur ? 

Que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ vous bénisse et vous garde. Qu’il vous fasse découvrir les divers aspects de l’amour du Christ pour nous, qu’il vous donne de comprendre cet amour et de vous y insérer dans la paix et dans la joie. Amen !


Source : L’amour du Père révélé dans sa Parole. Homélies, année A, Editions Parole et Silence.
http://www.mjleguillou.org/fr/homelieDrameauxA.html, dimanche 16 mars 2008.

Partager cet article

Repost 0
Published by celibataire catholique V - dans Méditations - prières
commenter cet article

commentaires

anemo 01/12/2008 21:22

Merci pour votre solution, la retraite est ce quoi à ce que je pense depuis longtemps, mais pratiquant la prière contemplative, je viens de lire le lien que je viens de découvrir, et pour moi, le monde du silence est mieux adapté.Les mots égarent le construit, la perfection déhumanise certes, mais pas dans la dimension de l'amour de la vulnérabilité, ce n'est certes pas mon cas, étant trés investie sur le terrain.Une errance certes, mais celui qui ne s'interroge pas ne saurait etre dans une dynamique évolutive.Bonne soirée, je n'ai vais plus encombrer votre blog rire, mais nous sommes tous dans une quète avec des solutions plus ou moins bonnes, car nous sommes humains avant tout, non?
Merci pour votre écoute

L'équipe du blog 01/12/2008 21:31


Bonsoir Anemo, pour être contemplative, vous l'êtes ! Mais pourquoi des solutions? Alala... les épreuves de la vie sont faites pour mettre notre foi à l'épreuve justement : ceux dont la foi est
forte résistent malgré les blessures, ceux dont la foi est faible la perdent. Mais elle peut revenir, c'est cela aussi le miracle de la foi. Au lieu de rester isolée dans votre espérance,
partagez-la avec un prêtre, une communauté, une foi en résonance est plus forte que toutes les prières individuelles. La religion signifie "relier" (religio)... Qui sait? ce que vous écrivez
rencontrera un écho auprès des lecteurs et des lectrices du blog :) La prière de saint François d'Assise est le chemin qui mène vers le coeur, le sien d'abord, pour mieux aimer les autres.


anemo 30/11/2008 20:18

merci pour ces informations je lirai ce que vous écrivez en lien, mais l'absolu ne saurait etre humain, il y a un conflit à ce niveau.La construction de soi à travers l'autre? le "moi conjugal" peut il reunir l'abstraction de soi pour etre en harmonie avec un ressenti de l'Esprit Saint?je ne suis pas sure, sourire.Ou alors la solution passe par se marier avec un pratiquant et pas seulement un croyant, et etre en phase émotionnelle trés forte pour un construit en harmonie avec les textes.Mais celà demande bien des conditions, dont sur la valeur humaine de l'autre.Un schéma bien compliqué et meme si on offre un physique, des valeurs, comment réunir le divin et l'humain? pour moi une quète à laquelle j'ai renoncé, sourire, merci pour votre blog que je viens de découvrir , je suis baptisée catholique et j'ai recu une confirmation orthodoxe pensant que celà pouvait résoudre des problématiques,mais ce ne fut pas le cas.Mais je suis contente que certains aient pu trouver un équilibre entre l'humain et le divin, je suis heureuse pour eux.sourire, merci à vous

L'équipe du blog 30/11/2008 20:25


Bonsoir Anemo, vos sourires dans le texte n'en sont pas vraiment... Vous êtes typiquement dans le cas du "dans quel état j'erre?"... et là l'accompagnement spirituel est de rigueur ;) Alors,
prenant votre bâton de pèlerin, vous vous mettrez en quête de la communauté adéquate. Que vous dire? Ne pas idéaliser, accepter l'altérité, délaissez la quête de la perfection qui déshumanise.
Les exercices spirituels ignatiens s'avèrent être une voie intéressante.


anemo 30/11/2008 12:47

je trouve bien ce que vous écrivez, mais aimer quelqu'un et etre en harmonie avec Dieu m'a toujours semblé impossible voir meme contradictoire , d'ou mon choix de m'étre mariée sans aimer au sens du terme homme femme, pour réaliser un devoir devant Dieu, mais je savais que je faisais une erreur, mais j'ai accompli mon devoir au sens chrétien du terme, mais celà n'est pas sans conséquences sur la construction identitaire et c'est un renoncement de soi à tous les niveaux, un simple témoignage.....

celibataire catholique V 30/11/2008 13:30



Bonjour Anemo, c'est gentil de nous attribuer l'homélie ;) En vérité, son auteur est le Père
Marie-Joseph Le Guillou, o.p., de l'ordre des dominicains. Ses ouvrages sont parus aux Editions
Parole et Silence, un colloque s'est tenu sur son oeuvre spirituelle, qui est une source d'inspiration pour les Soeurs bénédictines du Sacré-Coeur de Montmartre.


L'amour humain et l'amour théologale sont compatibles, votre témoignage est important. Des exemples de couples unis dans l'amour de Dieu sont nombreux dans la Bible... c'est à vous de chercher la
signification de cette ambivalence. Karol Wojtyla a écrit un ouvrage majeur sur ce que vous
méditez : "Amour et responsabilité". A lire absolument !



Anonyme 29/11/2008 23:11

Bonjour,
Geneviève Pochat, du Service des Pèlerinages au Diocèse du Mans, est en train d'organiser un Pèlerinage spécial pour les célibataires qui aura lieu du vendredi 16 janvier au dimanche 18 janvier 2009 à Lisieux. 
Il aura pour thème:"Vivre d'amour avec Thérèse" et proposera des exposés sur le message de Thérèse et sur ses parents avec différents intervenants dont une personne mariée, une visite des lieux thésésiens importants et des possibilités d'échanges entre participants, ainsi qu'un temps d'adoration et la possibilité de recevoir le sacrement de Réconciliation.Toutes les informations sur cet évènement, et le programme complet peuvent être obtenus à l'adresse suivante : Service des Pèlerinages du Mans, Geneviève Pochat, 26 bis rue Albert Maignan, 72000 Le Mans. Tel : 02.43.81.82.91 du lundi au vendredi entre 14h et 17h.Adresse mail : pelerinages72@wanadoo.fr
Pourriez-vous diffuser cette info sur le site ?
Merci beaucoup.

celibataire catholique V 30/11/2008 00:02


Bienvenu à ce nouveau pélé ! Il serait temps que l'Eglise catholique propose un pèlerinage des célibataires par diocèse. C'est un des objectifs de l'association "Fraternelle" que nous avons créée.


Présentation

  • : Célibataires chrétiens: en route vers le Mariage
  • Célibataires chrétiens: en route vers le Mariage
  • : Ce blog apporte du sens sur la question du célibat des chrétiens/chrétiennes qui ont vocation à se marier religieusement et à fonder une famille chrétienne. Le blog répertorie les sites, les documents, propose la découverte de témoignages vécus sur le célibat chrétien non-consacré et apporte son grain de sel (de la Terre) sur cette question ô combien délicate. Frères et Soeurs, nous sommes plusieurs à vivre ce chemin de Vie qui nous fait franchir les difficultés pour mener au bonheur.
  • Contact

Rechercher

Archives