Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 07:00
Suite de la conférence sur un sujet qui nous intéresse tous et toutes. L’historiette sur le football est représentative de ce que nous avons tendance à interpréter… alors que le plus simple est souvent d’en parler ;-) Appel lancé aux anglophones : la traduction du Père Ide est-elle pertinente ? La traduction la plus proche de cette expression anglaise serait « Apprécie-toi ». Bonne lecture !

 

 

Deuxième partie :
"Se donner, ce n’est pas s’immoler"

 

"Donc en s’interrogeant sur cette question de la vocation au mariage, j’avais deux grandes voies. Une des questions importantes qui est souvent posée, c’est la question du rapport entre être soi et être l’autre.

 

Quand on parle du mariage comme lieu d’épanouissement, où le mot d’ordre est un peu : « Enjoy yourself » (*), « Jouis-toi de toi-même ». Une grande interrogation aujourd’hui, c’est : « Est-ce que véritablement on peut être soi si l’on est donné à l’autre ? » Un jour dans le train, une dame qui a vu mon col romain, s’approche de moi : « Ah mon père, j’ai quelque chose à vous dire. Ça fait quinze ans que je suis mariée et imaginez que cela fait quinze ans que tous les samedi après-midi, je regarde à la télévision avec mon mari le football. Mon père, j’en ai la nausée. Ah mon mari, il aime le football, il le regarde, il le pratique. Et pour la première fois j’ai osé dire à mon mari que c’était terminé le football. Je ne suis pas mariée avec le football, je suis mariée avec mon époux. » Et son mari est tombé des nues : « Attends, je ne me souviens pas une seule fois que je t’ai demandé de t’asseoir sur le canapé à côté de moi tous les samedis après-midi pour regarder un match de football. » Et donc elle s’est rendue compte ce jour-là que en fait son mari ne lui avait jamais demandé, elle s’était imaginée qu’elle devait comme nier son identité pour être tout à fait en accord avec l’autre.

 

On ne construit pas l’amour de l’autre sur les décombres de l’amour de soi. C’est tout à fait essentiel. Se donner, ce n’est pas s’immoler. Au contraire, plus on est en connexion avec soi et plus on peut être en relation avec l’autre. Et cette femme-là pensait que nier son bien pour faire celui de son mari, lui permettait à elle d’être vraiment donnée à l’autre. Non.

 

Moi je conseille régulièrement à des personnes mariées de prendre du temps pour elle tous les jours, pas seulement du temps pour Dieu, du temps avec nous, du temps pour soi. Je suis assez frappé de voir qu’au bout d’un moment, on est tellement happé, surtout dans les grandes villes, happé par la vie, qu’on n’a plus le temps d’avoir une intériorité ; quand on n’a plus d’intériorité, on n’a plus d’intimité avec l’autre. Il est essentiel d’avoir du temps pour pouvoir être soi pour aller vers l’autre.

 

Il y a ce que le Christ nous dit pour reprendre une parole de l’Ancien Testament : « Aime ton prochain comme toi-même ». Cela signifie que l’amour de l’autre c’est comme l’amour de soi.

 

Quel est celui ou celle d’entre vous qui voudrait être aimé par quelqu’un qui se hait, par quelqu’un qui ne s’aime pas ? On sait bien à quel point nous sommes redoutablement lucides pour repérer chez l’autre les défauts que l’on repère chez soi et que l’on n’aime pas chez soi.

 

Donc il est essentiel pour aller vers l’autre dans le sacrement de mariage d’avoir du temps d’être un bon ami de soi-même. Nous sommes notre plus proche prochain. Il n’y a donc pas d’incompatibilité entre le mariage et l’épanouissement personnel. Jean-Paul II à un moment commente une parole qu’il aime beaucoup, qui est du concile Vatican II d’ailleurs : « L’homme est une créature sur terre, que Dieu veut pour elle-même, ne se trouve que dans le don sincère de lui-même, l’homme ne se trouve que dans le don sincère de lui-même. »

 

Or, dit Jean-Paul II, se trouve le don sincère accompli. Et vous savez d’où vient le mot « sincère » ? Ça vient du latin, sine cera. Autrefois, quand les femmes qui faisaient du miel, quand elles voulaient tromper celui à qui elle vendait leur miel, elles prenaient le miel et elles le coupaient avec de la cire, qui est de la même couleur. Et les gens qui étaient honnêtes ne mettaient pas de cire dans leur miel, autrement dit ils vendaient un miel sans cire, un miel sine cera, autrement dit un miel sincère. Donc un cœur sincère est un cœur qui n’est pas mélangé. Et en l’occurrence qui, s’aimant lui-même, peut aller vers l’autre, parce qu’il y a de la place en lui pour accueillir l’autre. La chambre à coucher n’est pas la pièce où l’on accueille les autres. Ce sont deux pièces différentes."

 

Conférence du Père Pascal Ide, Forum de l’Amour du 29 janvier 2005.

Sources : http://www.generationjpii.org/article775.html et http://www.forumdelamour.com/

 

(*)"To enjoy" : goûter, aimer, jouir, savourer ; "To enjoy oneself" : se plaire, se distraire, s'amuser.

 

 

Première partie : "Être soi-même pour rencontrer son promis ou sa promise"

Partager cet article

Repost 0
Published by Célibataire catholique V - dans Célibat en vue du mariage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Célibataires chrétiens: en route vers le Mariage
  • Célibataires chrétiens: en route vers le Mariage
  • : Ce blog apporte du sens sur la question du célibat des chrétiens/chrétiennes qui ont vocation à se marier religieusement et à fonder une famille chrétienne. Le blog répertorie les sites, les documents, propose la découverte de témoignages vécus sur le célibat chrétien non-consacré et apporte son grain de sel (de la Terre) sur cette question ô combien délicate. Frères et Soeurs, nous sommes plusieurs à vivre ce chemin de Vie qui nous fait franchir les difficultés pour mener au bonheur.
  • Contact

Rechercher

Archives